Législatives 2022 : les réactions de Paul-André Colombani, vainqueur dans la seconde circonscription de Corse-du-Sud, et de Valérie Bozzi, candidate battue

Publié le Mis à jour le
Écrit par A.S.

Le second tour de l'élection s'est déroulé ce dimanche 19 juin. Dans la seconde circonscription de Corse-du-Sud, Paul-André Colombani est réélu député. Avec 57,61% des voix, il devance Valérie Bozzi et ses 42,39% des suffrages exprimés.

Paul-André Colombani conserve son fauteuil à l'Assemblée nationale. Ce dimanche, le député nationaliste sortant a été réélu avec 57,61% des suffrages exprimés, soit 14.746 voix. 

Depuis Porto-Vecchio, les premiers mots du parlementaire du Partitu di a Nazione Corsa ont été pour la famille d'Yvan Colonna : "Je veux leur dire ce soir toute la détermination que l'on va mettre pour obtenir la vérité dans cette sale affaire, a-t-il confié face à notre caméra. Nous sommes prêts à repartir au combat dès la semaine prochaine, constituer un groupe et travailler d'arrache-pied pour défendre les intérêts de la Corse", a-t-il ajouté avant de remercier ses "milliers d'électeurs", ses soutiens et toute son équipe de campagne, dont sa suppléante Thérèse Malu-Pellegrinetti : "il mérite de continuer le travail accompli jusqu'à présent au palais Bourbon", souligne cette dernière.

Valérie Bozzi : "contente du résultat"

Avec 42,39% des suffrages exprimés, Valérie Bozzi arrive deuxième de ce scrutin. Soutenue par le parti Horizons, la maire divers droite de Grosseto-Prugna totalise 10.852 voix, soit 3.894 de moins que Paul-André Colombani.

"Je remercie tous les électeurs qui m'ont témoigné leur confiance, mes soutiens dans cette belle campagne et je félicite le député sortant pour son élection", a-t-elle indiqué à notre micro depuis son fief de Porticcio, sur la rive sud du golfe d'Ajaccio.

Suppléante de Camille de Rocca Serra en 2017, Valérie Bozzi participait cette fois à sa première législative en tant que candidate. Selon elle, ce second tour scrutin s'est également joué à Porto-Vecchio, une ville dont le maire PNC, Jean-Christophe Angelini, est le principal allié de Paul-André Colombani. "On savait que sans le soutien de la ville de Porto-Vecchio qui représente tout de même 10.000 électeurs, c'était compliqué. Je suis néanmoins contente aujourd'hui du résultat que nous avons fait sur la circonscription pour cette première élection." 

Quant au report de voix des électeurs Rassemblement national, Valérie Bozzi "constate qu'il a davantage profité au député nationaliste qu'à la candidature divers droite" qu'elle représentait.

Près de 75% des voix à Porto-Vecchio

À Porto-Vecchio, Paul-André Colombani réalise en effet un gros score, obtenant 74,71% des voix. Le maire de la ville, Jean-Christophe Angelini, voit dans ce résultat "une double validation".

Et le chef de file du PNC de développer : "il y a d'abord celle du bilan de Paul-André qui a réalisé un travail très important ces cinq dernières années. Il a été plébiscité à Porto-Vecchio avec 75% des voix, mais aussi à Zonza avec 80%. Il est très largement en tête dans toutes les communes de l'Extrême Sud, à l'exception peut-être d'une ou deux. La deuxième validation est celle des majorités municipales que nous conduisons depuis deux années maintenant à Figari, Zonza, Porto-Vecchio et ailleurs avec là aussi des adhésions importantes. Ce soir, je suis très heureux et très fier. C'est une très belle soirée pour l'Extrême Sud, le territoire et la circo.  À Porto-Vecchio, Paul-André fait 150 ou 200 voix de mieux qu'en 2017 et son adversaire - ou celle qui le représente - 1600 de moins. C'est dire, en quelques chiffres, l'évolution sur cinq années à peine."

"La Corse méritait le grand chelem"

Grâce à sa victoire, Paul-André Colombani fait aussi bien que les deux autres députés autonomistes sortants, Jean-Félix Acquaviva et Michel Castellani, tous deux réélus ce dimanche soir. 

Le médecin généraliste de Sainte-Lucie de Porto-Vecchio n'a qu'un seul regret : que les nationalistes n'aient pas réussi à s'emparer de la première circonscription de Corse-du-Sud où Romain Colonna (Femu a Corsica) échoue à 818 voix de Laurent Marcangeli (Horizons).

"J'aurais bien aimé qu'on puisse faire ce grand chelem que la Corse méritait, souligne Paul-André Colombani. Aujourd'hui, je repars avec mes amis Jean-Félix Acquaviva et Michel Castellani. Je suis très heureux de les retrouver pour cinq ans à Paris." 

Paul-André Colombani les retrouvera notamment pour préparer les discussions sur l'avenir institutionnel de la Corse avec le Gouvernement. Celles-ci devraient débuter à Paris d'ici la fin du mois de juin.