• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Ligue 1 : le SC Bastia concède le nul face à Troyes (1-1)

© MaxPPP
© MaxPPP

Les Bastiais n'ont pas réussi à obtenir mieux qu'un match nul face à Troyes (1-1) samedi soir. Le club corse est 17e au classement avec ce résultat.

Par France 3 Corse avec AFP

Tenu en échec à domicile par Bastia (1-1) qui sort de la zone de relégation, Troyes a aligné samedi un 18e mach sans victoire depuis le début de la saison, égalant le record de Brest en 1979-80. Ce n'est pourtant pas faute d'avoir essayé. Avec une composition d'équipe très offensive, l'Estac voulait emballer le match pour sortir enfin de l'ornière. 

Mais la formation corse s'est montrée solide défensivement face à des Troyens très timides et encore marqués par la dernière déculottée au stade de l'Aube contre Toulouse (0-3). Les Bastiais, très efficaces, ont ouvert le score par Fofana (23e), tandis que l'Estac a égalisé par Cabot à l'heure de jeu (60e). Grâce à ce point qui porte son total à 19, Bastia s'extirpe de la zone de relégation au profit d'une meilleure différence de buts que Guingamp, battu (2-1) à Montpellier.

Les Aubois, qui recevront Monaco samedi prochain, restent derniers avec seulement sept points au compteur.

L'Estac, pour sa première sortie avec Claude Robin comme entraîneur, prenait d'emblée l'initiative mais après une reprise de volée de Cabot qui frôlait la lucarne de Leca (19e), Bastia se détachait sur sa première occasion. Sur un ballon perdu par Nivet au milieu de terrain, le contre bastiais était parfaitement
mené. Ayité débordait et servait en retrait Fofana, qui glissait le ballon hors de portée de Bernardoni pour son premier but en Ligue 1 (0-1, 23).

Troyes repartait à l'attaque et Leca devait sortir le grand jeu sur un coup franc de Camus (43e), avant de voir une reprise de Cabot fuir du cadre (45e). Après la pause, l'Estac reprenait sa domination, jusque-là stérile, et obtenait finalement une égalisation mérite par Cabot, sur un corner joué en deux temps, avec Martins Pereira à la passe (1-1, 60).

Les Troyens, encore malheureux, à l'image de Court qui trouvait le poteau (89e), tentaient le tout pour le tout afin de décrocher leur premier succès,  mais en vain.

Le SC Bastia pointe à la 17e place au classement de Ligue 1.

Les déclarations des entraîneurs :

Ghislain Printant (entraîneur de Bastia): "Je suis un peu en colère. Nous avons fait ce qu'il fallait en première période mais en seconde mi-temps, malgré nos recommandations, nous avons laissé jouer notre adversaire. Nous ne voulions pas reculer et nous avons subi. Logiquement, Troyes, qui allait de l'avant, a fini par égaliser. Si nous étions rentrés dans les mêmes dispositions qu'en première période, il y avait la place pour remporter ce match. On savait qu'on allait affronter une équipe qui ne se pose pas de questions. Mais nous nous sommes compliqué la tâche sur cette rencontre."

Claude Robin (entraîneur de Troyes): "Il y a beaucoup de frustration car l'équipe aurait pu et aurait dû l'emporter en deuxième mi-temps. Les joueurs avaient le droit de gagner. Le ballon nous brûlait les pieds en première mi-temps, je savais que l'équipe était malade, j'ai senti les joueurs timorés. A la mi-temps, j'ai demandé aux joueurs de se lâcher et on a vu une autre équipe, plus alerte, qui a réussi à marquer mais n'a pas eu de coup de pouce du destin. Il y avait penalty (pour une main dans la surface, ndlr) mais ce n'est pas forcément la faute de l'arbitre."

La feuille de match :

Arbitre: S. Lannoy

Buts: Troyes: Cabot (59); Bastia: Fofana (23)

Avertissements: Troyes: Jean (39), Martins Pereira (63); Bastia: Palmieri (26), Squillaci (42), Modesto (56), Peybernes (87)

Les équipes: Troyes: Bernardoni - Martins Pereira, Ngonca Anele, Saunier, Dabo - Camus (Court 78), Pi, Nivet (cap) (Ayasse 44) - Jean, Perea (Ben Saada 57), Cabot
Entraîneur: Claude Robin

Bastia: Leca - Cioni, Squillaci, Modesto (cap), Palmieri - Fofana, Coulibaly (Ngando 67), Mostefa (Peybernes 67) - Raspentino (Romain 82), Brandao, F. Ayité
Entraîneur: Ghislain Printant

Sur le même sujet

Festival Jazz in Aiacciu : cinq concerts à prévoir au Lazaret

Les + Lus