• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

National 3 : le SCB conserve la tête du classement

© Guillaume Leonetti / FTVIASTELLA
© Guillaume Leonetti / FTVIASTELLA

Le SCB recevait Saint-Rémy samedi à Furiani. Le premier du championnat contre le deuxième. Vainqueurs un but à zéro, les Bleus conservent la tête du classement, mais cela n'a pas été sans mal. 

Par France 3 Corse ViaStella

Au coup de sifflet final, la joie et le soulagement se lisent sur le visage des Bastiais. Samedi, à domicile, le Sporting voulait imposer son jeu et rappeler sa place de leader.

Mais cela n'a pas été simple. Durant la première mi-temps, les Bleus ont le ballon. Mais la domination reste stérile et Saint-Rémy, solide, n'est pas inquiété. 

Le match est tendu, et à la 33e minute, une nouvelle faute tourne à l'empoignade. Résultat : deux cartons rouge, l'un pour Santelli, l'autre pour Simondi.

Privé de leur attaquant, les choses se compliquent pour les Bleus. Au retour des vestiaires, Saint-Rémy se montre décidé la première place du championnat à ravir au Sporting. Les Bastiais, de leur côté, semblent bien timides. À leur crédit, quelques rares tentatives, pas vraiment dangereuses.
 

« Je m’en fous parce qu’on a pris trois points »


Et puis 83e minute, sur un bon coup franc de Poggi, Guibert trouve, de la tête, la lucarne du gardien adverse. In extremis, les Bleus conservent leur précieuse première place. 
 
National 3 : le SCB conserve la tête du classement
Intervenants - Stéphane Rossi, Entraîneur du SCB. Equipe - Sébastien Bonifay ; Guillaume Leonetti ; Géraldine Giordano.


Et pour l'entraîneur, c'est le principal. « Je ne trouve pas d’excuses. Je dis simplement que l’on a joué contre une bonne équipe, qui nous a mis en difficulté, qui a eu l’opportunité de marquer, mais nous aussi. Dire que c’est mérité ou pas… Honnêtement, je m’en fous. Je m’en fous parce qu’on a pris trois points », lance Stéphane Rossi, entraîneur du SCB. 

Le national 3, c'est d'abord un combat et les Bastiais le savent : c'est en gagnant ce genre de match, que l’on commence à y croire.


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Question/Réponse : Eric Leoni, professeur à l'université de Corse

Les + Lus