• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Politique : les préfets dans l’hémicycle de l’Assemblée de Corse 

© Pascal Pochard-Casabianca/AFP
© Pascal Pochard-Casabianca/AFP

La préfète de Corse viendra bien rendre compte du bilan de l'action de l'État sur l'île devant les élus de l'Assemblée de Corse. Plusieurs de ses prédécesseurs l’avaient déjà fait par le passé, mais d'autres ne se sont pas prêté à cet exercice. 

Par France 3 Corse ViaStella

Samedi dernier, suite à l’agression d’un professionnel de santé à Poggio-Mezzana, Jean-Guy Talamoni demande à la préfète de Corse de venir « rendre compte devant l’Assemblée de l’action des services de l’État ». 

Une obligation légale à laquelle l’intéressée répond positivement sur Twitter. Josiane Chevalier pourrait dresser le bilan des services de l’État en Corse, devant l’assemblée, au premier trimestre 2019, comme l’ont fait de nombreux préfets avant elle. 

 


« Cet usage est tombé en désuétude depuis une dizaine d’années. Compte tenu d’un certain nombre de faits qui se sont déroulés ces derniers mois, y compris ces derniers jours. Il serait bon que la préfète vienne devant l’Assemblée de Corse », indique le président de l’Assemblée de Corse. 

 
Politique : les préfets dans l’hémicycle de l’Assemblée de Corse 
Intervenant - Jean-Guy Talamoni, président de l'Assemblée de Corse. Equipe - Pierre Simonpoli ; Jennifer Cappai-Squarcini ; Frédéric Guichard.

 

Passes d’armes


Cela fait huit ans qu’un préfet ne s’est pas exprimé devant l’Assemblée de Corse. Le dernier en date est le préfet Stéphane Bouillon en 2010 pour évoquer le contexte de violences qui touche l’île. Avant lui, Pierre-René Lemas, un habitué, répétait l’exercice chaque année. 

Ces séquences pouvaient donner lieu à des passes d’armes devenues célèbres comme entre le préfet Bernard Bonnet et Paul Quastana. Le 30 octobre 1998, le second demande au premier : « Quand comptez-vous partir ? ». Réponse : « Je partirai quand vos amis cesseront le racket. Je partirai quand vos amis cesseront d’assassiner dans les fêtes de village. Je partirai quand vos amis cesseront de déposer des explosifs ». 

L’exercice est délicat, c’est peut-être l’une des raisons qui ont poussé les préfets à quitter l’hémicycle ces dernières années. 


 

Sur le même sujet

Corse : les syndicats en ordre de bataille avant les élections professionnelles dans la fonction publique

Les + Lus