Pomelos : une récolte fructueuse cette année avec des milliers de tonnes recueillies

Le mois d'avril marque le pic de la récolte du pomelo en Corse. Chaque année, près de 4 000 tonnes de cet agrume, trop souvent confondu avec le pamplemousse, sont recueillies sur l'île.

La production de pomelos en France métropolitaine est essentiellement assurée en Corse.
La production de pomelos en France métropolitaine est essentiellement assurée en Corse. © Yann Benard/FTV

Une couleur jaune, une chair bien rouge et un côté très juteux. Le pomelo corse rentre dans son pic de production, comme tous les ans, au mois d'avril. Chaque année, près de 4 000 tonnes de fruit sont récoltées, ce qui équivaut à 100 % de la production métropolitaine.

Un pomelo dans la main, Maire-Laure Monteil, productrice, explique les spécificités du fruit : "Ce côté très juteux est une particularité du Star Ruby, une variété que l'on produit essentiellement en Corse."

Une AOC depuis 2014

La coopérative agricole de Marie-Laure Monteil, basée à San-Nicolao, en Haute-Corse, devrait recueillir, cette année, près de 1 000 tonnes d'agrumes. Cette importante quantité s'explique par une filière en pleine expansion : depuis 2014, le pomelo corse bénéficie d'une appellation d'origine contrôlée (AOC). L'appellation reconnaît un savoir-faire local et des étapes de fabrication réalisées dans une même zone géographique.

Le pomelo, souvent éclipsé par son concurrent insulaire, la clémentine, reste un des fruits préférés des Français. Son goût amer est une source importante de glucides, de vitamines C et A. Il aide notamment à renforcer les systèmes immunitaires.

Une demande européenne

Après la récolte, le triage et le conditionnement des agrumes sont également assurés en Corse.

La récolte mais aussi le triage et le conditionnement des pomelos sont assurés en Corse.
La récolte mais aussi le triage et le conditionnement des pomelos sont assurés en Corse. © Yann Benard/FTV

L'exportation, elle, dépasse le cadre insulaire et les frontières de la France : "La demande est essentiellement dirigée vers le continent et la grande distribution. Les pays du Benelux (Belgique, Pays-Bas, Luxembourg) sont aussi demandeurs", détaille Pierre-Paul Monteil, directeur des ventes de la coopérative, avant de préciser que "la demande est repartie à moitié entre une production conventionnelle et une production bio".

Le volume de pomelos produits sous label bio a progressé ces dernières années, pour répondre  à la demande des consommateurs. De quoi assurer de beaux jours à cet agrume issu d'une hybridation naturelle entre un pamplemoussier et un oranger.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie alimentation société