• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Rassemblement à Paris et en régions : les gilets jaunes lancent l'acte 2 de leur contestation

24/11/2018 - Rassemblement de gilets jaunes devant la préfecture de la Haute-Corse à Bastia. / © FTVIASTELLA
24/11/2018 - Rassemblement de gilets jaunes devant la préfecture de la Haute-Corse à Bastia. / © FTVIASTELLA

Un rassemblement aux contours flous à Paris, appuyé par des actions en province : face à un pouvoir qu'ils jugent sourd à leurs demandes, les gilets jaunes lancent "l'acte 2" de leur mobilisation. En Corse, des rassemblements sont prévus devant les préfectures. 
 

Par France 3 Corse Viastella avec AFP

A Bastia, après s'être rassemblés devant la préfecture de la Haute-Corse, des gilets jaunes ont organisé une marche jusqu'au palais de justice, puis à la place Saint-Nicolas.  
 

Après le succès de l'acte 1 samedi dernier, où 282.000 personnes ont bloqué axes routiers et sites stratégiques partout en France, suivi d'une semaine de blocages qui se sont progressivement essoufflés, les "gilets jaunes" veulent une nouvelle démonstration de force.

Les autorités, qui veulent éviter les débordements de la première semaine de mobilisation (deux morts, 620 civils et 136 membres des forces de l'ordre blessés), ont déployé des forces de l'ordre "à un niveau exceptionnel" à travers la France.

Elles redoutent notamment l'infiltration de "réseaux violents d'ultradroite et d'ultragauche".

Un grand rassemblement, prévu place de la Concorde à Paris, auquel plus de 36.000 personnes se sont déclarées "participants" sur Facebook, a été interdit pour des raisons de sécurité.
 
24/11/2018 - Rassemblement de gilets jaunes devant la préfecture de la Haute-Corse à Bastia. / © FTVIASTELLA
24/11/2018 - Rassemblement de gilets jaunes devant la préfecture de la Haute-Corse à Bastia. / © FTVIASTELLA

Dans un communiqué signé "Les citoyens français" posté vendredi sur les réseaux sociaux, les gilets jaunes réclamaient "une audience avec le Premier ministre ainsi que le ministre de la Transition écologique et solidaire au cours de laquelle un groupe de citoyens pourra échanger".

De nombreuses actions sont prévues en province, berceau de cette contestation qui se revendique "populaire" et "apolitique" contre les prix du carburant, les taxes et la baisse du pouvoir d'achat.

De nombreux gilets jaunes ont annoncé qu'ils resteront dans leurs régions, faute de moyens ou par crainte d'éventuelles échauffourées à Paris.
 
24/11/2018 - Rassemblement de gilets jaunes devant la préfecture de la Haute-Corse à Bastia. / © FTVIASTELLA
24/11/2018 - Rassemblement de gilets jaunes devant la préfecture de la Haute-Corse à Bastia. / © FTVIASTELLA

Sur le même sujet

Ajaccio : reconstitution de la bataille d'Austerlitz au Casone

Les + Lus