• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Une solution de stockage d’électricité adaptée au territoire développée par une start-up corse

© Marion Fiamma/FTVIASTELLA
© Marion Fiamma/FTVIASTELLA

C'est une éco-innovation unique au monde. La startup Stepsol, située à Vignola, vient de développer une solution de stockage d'énergie hydraulique et gravière, adaptée au territoire. Explications. 

Par France 3 Corse ViaStella

Sous des panneaux solaires, se cache une invention d'un nouveau genre. Un banc d'essai de micro-step. En clair : un système de stockage innovant prévu pour alimenter entre 10 et 20 maisons, et s'adapter à des zones isolées. 

« On travaille sur des installations de petite dimension. L’idée, c’est vraiment l’intégration du photovoltaïque dans le territoire. La finalité, c’est de trouver des solutions pour que ces installations soient développées dans les zones rurales, au niveau de villages », souligne Didier Pierrat-Agostini, Président de la start-up STEPSOL. 

Cette technique a été pensée pour être la plus simple et la moins polluante possible. « C’est utiliser l’énergie solaire pour actionner des pompes et faire monter de l’eau d’un bassin inférieur vers un bassin supérieur », explique Denis Blanquet, ingénieur-chercheur au Commissariat à l'Énergie Atomique. 

 
Une solution de stockage d’électricité adaptée au territoire développée par une start-up corse
Intervenants - Didier Pierrat-Agostini, Président de la start-up STEPSOL ; Denis Blanquet, ingénieur-chercheur au Commissariat à l'Energie Atomique. Equipe - Laura Brunet ; Marion Fiamma ; Jean-Jrérôme Delsol

 

Test


Deux citernes sont raccordées par un système de vases communicants. Les panneaux solaires, quant à eux, servent à alimenter le village et la pompe et produisent ainsi jusqu'à 20 heures d’électricité par jour. 

Pour y parvenir, une équipe de chercheurs et d'ingénieurs est à pied d'œuvre depuis près de deux ans. L'automate qui doit servir à activer le système à distance, va enfin être testé.

Et les résultats semblent concluants. « En ce moment, c’est que du bonheur, parce que ça fait deux ans que l’on attend ce moment. Aujourd’hui, le banc d’essai est quasi opérationnel. On a une supervision qui va nous permettre de voir la pompe qui va monter l’eau dans une cuve supérieure, et de l’autre côté, la turbine qui va réinjecter l’eau au moment où on va la faire descendre », reprend Denis Blanquet. 

Après quelques réglages d'optimisation, d'ici trois à quatre mois, le pilote sera fin prêt. Pour l'heure, aucun nom, mais plusieurs villages seraient déjà séduits par le projet. 


 

Sur le même sujet

Corse : tensions entre la justice et la police judiciaire, les précédents

Les + Lus