régions
Choisir une région

Enquêtes de région

Logo de l'émission Enquêtes de région

Trois questions à Fabrice Goll, l'un des nouveaux visages, d'Enquêtes de régions

Fabrice Goll co-présente avec Anne-Sophie Mandrou, la nouvelle formule d'"Enquêtes de Régions" / © France 3 Midi-Pyrénées
Fabrice Goll co-présente avec Anne-Sophie Mandrou, la nouvelle formule d'"Enquêtes de Régions" / © France 3 Midi-Pyrénées

L'émission "Enquêtes de Régions" retrouve l'antenne ce vendredi 24 octobre dans une nouvelle formule, plus proche de l'information et du terrain. Fabrice Goll, l'un des nouveaux visages de l'émission, nous explique pourquoi et comment.

Par Emmanuelle Gayet

Fabrice Goll vous reprenez avec Anne-Sophie Mandrou les rênes de l'émission Enquêtes de Régions. Les téléspectateurs connaissent déjà l'émission. Cette année, le magazine change de périmètre géographique et de ligne éditoriale, pourquoi ?

Fabrice Goll : Précédemment, l'émission était pilotée de Poitiers et était diffusée sur cinq régions (Aquitaine, Poitou-Charentes, Limousin, Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées), dorénavant l'émission ne concernera que Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon. Deux raisons majeures à cela, la direction de France 3 Sud-Ouest souhaitait un magazine plus proche du terrain. Et elle souhaitait également être "raccord" avec la réforme territoriale qui va prochainement marier les deux régions.
Cela explique aussi, le fait que l'émission ait deux visages. Celui d'Anne-Sophie Mandrou que les téléspectateurs du Languedoc-Roussillon connaissent bien puisqu'elle présente les sessions d'informations et moi-même qui vient de prendre le poste de rédacteur en chef de France 3 Midi-Pyrénées.

Plus proche du terrain et de l'information. Est-ce que cela signifie que l'objectif de l'émission est de décortiquer les grands dossiers de l'actualité régionale ?

Fabrice Goll : Oui. C'est pour cela que la cadence de l'émission a été totalement repensée et recentrée sur l'actualité. La structure se décline en deux thèmes. Un premier reportage de 13 minutes sur une actualité forte, suivi d'un débat avec des invités pro et contre sur la thématique du moment. Puis nous passons à une séquence toute info que nous avons appelé "30 jours au sud". L'idée est de proposer un rattrapage sur le mois écoulé des actualités fortes et d'en faire une synthèse.
Puis nous abordons le deuxième grand sujet, choisi pour sa dimension sociétale. Ce seront 13 minutes de reportage qui nous donneront un éclairage sur une tendance de notre société. Elle sera en suivant analysée par un expert de la question.
Avec ces grands formats, notre intention est d'apporter au public un décryptage, une analyse qu'il ne peut pas trouver dans nos reportages de 1 minutes 30 des journaux télévisés. En résumé : apprendre pour comprendre.

Qu'avez-vous choisi comme grands thèmes pour la première ?

Fabrice Goll : Tout d'abord, la polémique autour du Barrage de Sivens. C'est un peu Notre-Dame des Landes. L'opinion publique, les élus, et les médias ont été, et ce n'est pas terminé, mobilisés par ce dossier qui génére des réactions très vives chez les militants qu'ils soient pour ou contre. Nous revenons sur le déroulement de l'histoire et ses rebondissements multiples. Dans le débat, nous faisons réagir les deux parties prenantes au dossier. 
Ensuite, nous proposons un long sujet sur ces retraités qui s'éclatent dans les dancings de Carcassonne à Balaruc-les-Bains. Plusieurs fois par semaine, ce beau monde se met sur son 31 pour croquer la vie en musique. Ils ont entre 60 et 80 ans dansent pour s'amuser et rester jeunes. Nous avons cherché à savoir ce qui les motivent avec un médecin gériatre qui nous propose son analyse.


"Enquêtes de Régions", les fractures de Sivens, c'est vendredi 24 octobre à 23h10.