• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Un été dans le Grand Est

"Un été dans le Grand Est" est une série d'été réalisée par les rédactions de France 3 Alsace, France 3 Champagne-Ardenne et France 3 Lorraine !
Logo de l'émission Un été dans le Grand Est

La Meuse, véritable ressource économique

© Raphaël Doumergue / France 3 Champagne-Ardenne
© Raphaël Doumergue / France 3 Champagne-Ardenne

En plus d'être un fleuve, la Meuse est une ressource économique incontournable de la région.

Par Florence Morel

A Saint-Mihiel dans la Meuse, le fleuve du même nom devient praticable. En effet, le cours de l'eau s'assagit. C'est à partir de cette ville que la Meuse devient exploitable pour l'homme. Les pêcheurs et commerçants peuvent ainsi naviguer et faire du commerce à travers la région.

Des péniches de 250 tonnes


La Meuse devient navigable et même les plus gros gabarits peuvent voguer sur le fleuve. Notamment ceux que l'on nomme gabarit "Freycinet", c'est-à-dire des péniches de 250 tonnes, ce qui permet le transport de marchandises.

Omniprésents, des bateaux en tout genre occupent la Meuse. Péniches, yachts mais aussi des navires d'un nouveau genre navigables sans permis bateau.

C'est le cas d'un petit bateau nommé "Souchet", un bâtiment 100 % meusien, totalement équipé : couchettes pour 4 personnes, cuisinette, WC. Il est possible de le louer à la journée ou à la semaine, avec la société Meuse nautic.

© Raphaël Doumergue / France 3 Champagne-Ardenne
© Raphaël Doumergue / France 3 Champagne-Ardenne


Apprécier le calme


Pour les pressés, il faudra repasser. La vitesse de croisière est estimée à 8 km/h.

Un coup de volant à droite et… il faut tout de même attendre quelques minutes avant que le bateau ne réponde. En effet, la force d'inertie rend plus tardive la réactivité du navire.



Une fois à l'écluse, il faut s'armer de patience. L'eau va monter doucement.

Du fleuve à la brasserie artisanale


Au XIXème siècle, le département comptait 40 industriels brassicoles dont les affiches publicitaires étaient connues dans le monde entier. Aujourd'hui la plupart des sites ont fermé mais la tradition se perpétue.

Agriculteur-brasseur, Alain Bonnefoy tient à sa double casquette, comme à la recette de sa bière. Céréalier, il cultive entre autres de l'orge. Il y a dix ans, il a eu envie d'aller jusqu'au bout de son métier :

Si demain je prenais un autre grain pour brasser ma bière, on ne verrait pas forcément la différence. En revanche, c'est important pour moi, en tant qu'agriculteur. Je suis beaucoup plus proche de mon produit. C'est comme un vigneron qui présente son vin, c'est vital.


Une boisson des quatre éléments


On dit que la bière est la boisson des quatre éléments : l'eau, bien sûr, ingrédient de base, le feu lors du brassage, l'air pour les levures, et la terre pour l'orge. Une terre à laquelle Alain Bonnefoy s'est particulièrement attaché.

C'est le père d'Alain Bonnefoy est tombé amoureux du domaine il y a presque un demi-siècle. L'objectif était de faire vivre ce bâtiment. Désormais, la production de bière permet de faire vivre ce patrimoine.

Retrouvez notre reportage

La Meuse, une ressource économique

Infos pratiques

Pour une balade de deux heures sur la Meuse tous les samedis à partir de 14h30 sur réservation auprès de l'Office du Tourisme local au 03.29.80.82.27.
Tarifs : Adultes 12€, enfants 8€, groupes scolaires 5€ (1h de navigation ), et possibilité pour les centres aérés et personnes handicapées. Plus d'informations sur le site internet.

Pour retrouver les productions d'Alain Bonnefoy, rendez-vous sur ce site.

EDR - le mouvement anti-spéciste