Viure al País

Logo de l'émission Viure al País

Une émission Viure al país entièrement dédiée à la langue occitane, dimanche à 11h30

L'occitan n'est pas un vulgaire "patois". C'est une langue latine et romane, apparue après plusieurs siècles de domination du latin / © Cc : charlotte henard
L'occitan n'est pas un vulgaire "patois". C'est une langue latine et romane, apparue après plusieurs siècles de domination du latin / © Cc : charlotte henard

Pour cette émission thématique, l'équipe de Viure al país a voulu mettre l'accent sur l'histoire, les ensembles linguistiques qui composent la langue d'oc et la richesse qu'elle propose avec ceux qui en parlent avec le coeur.

Par Emmanuelle Gayet

« Lengas de França  »
De  Benaset Roux et Jean-Paul Lafitte

L'occitan n'est pas un vulgaire "patois".  C'est une langue latine et romane, apparue après plusieurs siècles de domination du latin. Elle s'est immiscée subrepticement et progressivement dans des écrits en latin classique. Le premier texte identifié est l'Aube bilingue qui remonte vers 880, lui aussi en latin avec un refrain de 15 vers en occitan. Sous une période dominée également par l'église, la première œuvre littéraire est la Chanson de sainte Foi, véritable trésor où s'exprime déjà toutes les forces de la langue d'oc. L'apparition de ce qui se nomme encore la lingua romana est concomitante du français ; elle s'y mélange souvent. Elle a fourni une littérature riche et abondante, langue des troubadours, pratiquée dans de nombreuses cours européennes, sujette à plusieurs renaissances, mais toujours phagocytée par le pouvoir central royal ou républicain.
Depuis plus d'un siècle, on prédit sa mort. Elle est pourtant toujours vivante. Un homme d'église (Jòrdi Passerat) et un homme de lettre et enseignant (Pierre Escudé) nous retracent quelques grands moments de son histoire. Les vicissitudes d'une langue dite « régionale » dans un pays mono linguiste : la France

« Los cinc parlars »
De Sirine Tijani, Clément Alet, Denis Hémardinquer et Jack Levé

La langue occitane est composée de cinq grands ensembles linguistiques, cinq variantes, cinq doigts d'une même main. Sur le territoire de la langue d'oc, qui couvre la moitié Sud de la France (Pays Basque et Catalogne mis à part), on parle donc gascon, limousin, auvergnat, languedocien et provençal. Dans chacun de ces cinq parlers, il y a aussi des différences, et des sous ensembles qui n'en finissent pas d'enrichir l'occitan. Ainsi dans le gascon, on pourrait différencier le parler des Landes,  de celui du Béarn, de la Bigorre ou encore de la Gironde. Dans le languedocien, le rouergat ne sonne pas comme le parler du Tarn, de Sète ou encore celui d'Agen et il en est ainsi pour chaque grande famille. Dans ce reportage, nous avons choisi de faire lire une seule et même phrase tirée des Contes del Drac de Bodon à cinq personnes différentes, chacune dans un des cinq parlers. Caroline en gascon, Marçau en Limousin, Philippe en auvergnat, Marion en languedocien et Camille en provençal. Tendez bien l'oreille, l'exercice permet d'entendre deux choses : la langue occitane est immensément riche en vocabulaire et l'intercompréhension entre chaque parler est simplement étonnante.

« Los mots del Rey »
De Benaset Roux et Jean-Paul Lafitte

Alain Rey est certainement l'un des plus grands linguistes et lexicographes, et pas seulement en français. Dès 1952, il rejoint Paul Robert qui cherche des linguistes pour réaliser un dictionnaire. Le tout premier Robert sort en 1964. Depuis Alain Rey a participé à une bonne centaine d'ouvrages, du Robert classique au dictionnaire historique de la langue français en passant par le tout dernier : "Trop forts les mots". Il a aussi animé de nombreuses chroniques radiophoniques sur France Inter et sur France Culture. Et quand il le faut, il n'hésite pas à faire appel à d'autres langues comme l'occitan pour expliquer un mot en français. Originaire du Puy-de-Dôme, d'une mère auvergnate et d'un père gascon, il n'a que très rarement entendu la langue d'oc. Mais il la connaît et l'apprécie. Peut-être même davantage que certains qui la parlent au quotidien...Facétieux érudit, il n'hésite pas à prendre des chemins de traverse, un peu par provocation et souvent pour interpeller. Les mots d'Alain Rey sont riches, scrutés, surveillés de près. Et ils sonnent différemment que dans la bouche de tout autre linguiste français.

« La lenga clau de Rodin»
De Clément Alet et Jack Levé

Rodin Kaufmann est un des chanteurs du Còr de la Plana, mais c'est également un polyglotte capable de manier les différents parlers de la langue occitane. Dans ses bagages linguistiques de l'enfance, on trouve l'anglais, l'allemand, le français et l'arabe. Normal donc que ce jeune "français" expatrié jusqu'à l'âge de 15 ans, épouse la langue occitane lors de son adolescence. Très vite, Rodin apprend le provençal qui est encore parlé dans sa famille mais il se rend compte aussi très vite que d'autres parler existent et constituent la véritable richesse de l'occitan. Le gascon, le limousin, le languedocien s'ajoutent vite à sa liste des langues qu'il maîtrise. Portrait d'un occitan qui aime puiser dans les variantes de l'occitan, jongler entre les parlers et créer une langue vivante.

CONVIDAT : Pèire Salles
Professeur d’occitan, docteur en lexicographie occitane, chercheur infatigable et défenseur de la lenga nòstra.


L'extrait de l'émission 



Le diaporama des coulisses du tournage

Sur le tournage de Viure al país théma : la langue occitane