Cet article date de plus de 6 ans

Histoires 14-18 : Mumm, une histoire franco-allemnde

Une grande partie des maisons de champagne françaises sont en réalité d'origine allemande. A la veille de la grande guerre, certaines d'entre elles n'avaient pas pris la nationalité française et vont être placées sous séquestre par l'Etat français.
© France 3
C'est l'un des symboles de l'art de vivre à la française : le champagne. A la veille de la grande guerre, plus de 20 millions de bouteilles sont exportées à travers le monde. Mais certaines grandes maisons, en raison de leurs origines allemandes, vont connaitre un destin mouvementé.

Aujourd'hui présente dans 150 pays, la maison Mumm voit le jour en 1827 à Reims, fondée par une famille de négociants en vin allemands. Ses propriétaires ne s'installent dans la cité des sacres qu'à la fin du 19ème siècle.

Parfaitement intégrés à la société rémoise, ouverts d'esprit et cosmopolites, les Mumm ne prennent pas la peine de se faire naturaliser. Lorsque la guerre éclate, bien qu'étant de droit français, l'entreprise est considérée comme allemande.

© France 3
A l'été 1914, les maisons de champagne n'échappent pas au patriotisme ambiant. Un décret d'août interdit les exportations vers les pays ennemis et la mobilisation touche aussi bien les ouvriers que les patrons. La maison Mumm, elle, est placé sous séquestre en décembre 1914 par l'Etat français et son dirigeant de l'époque, Maximilien de Mumm, est arrêté puis envoyé en captivité 4 ans au fort de Lanvéoc en Bretagne.

© France 3
A la fin de la guerre, Maximilien de Mumm tentera en vain de récupérer la société familiale. Un consortium privé reprendra les rênes de la Maison en 1920 et  contribuera au développement qu'on lui connaît aujourd'hui.





Voir notre reportage dans le JT 19/20 de ce samedi 8 août 2015​

durée de la vidéo: 01 min 36
Histoires 14-18 : Mumm, une histoire franco-allemande ©France 3

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
histoires 14-18 il y a cent ans histoire sorties et loisirs champagne les allemands dans la guerre