Cet article date de plus de 7 ans

Tata Steel : des embauches sur les rails en Moselle

Une bonne nouvelle du côté de l'emploi et dans le secteur de la sidérurgie, ce n'est pas si souvent. L'usine d'Hayange-Nilvange en Moselle vient d'annoncer le recrutement d'une centaine de personnes dans son nouvel atelier de production. 
© F3 Lorraine
Décidément, le sidérurgiste Tata Steel ne fait rien comme les autres. Alors que le secteur est en pleine crise, et que le site voisin ArcelorMittal sort d'une tourmente exceptionnelle, le groupe indien a résolument fait le choix de l'innovation et de l'investissement.
Tata Steel a lancé en septembre 2009 la production de rails de 108 mètres destinés aux lignes à grande vitesse et investi 12 millions d'euros à l'été 2012 pour la création  d'une unité de traitement thermique (voir encadré). Ce nouvel atelier va permettre l'embauche d'une centaine de personnes. L'annonce a été faite début Juillet 2013.
"Cet investissement a impliqué qu'on modifie notre organisation du travail (…) dans un des deux ateliers qui va passer de trois à quatre équipes (…)" précise Gilles Jousset, DRH Tata Steel Hayange, "ça va représenter une bonne quarantaine d'embauches en production et également quelques personnes au niveau de la maintenance".

© F3 Lorraine

L'effectif de l'usine devrait donc atteindre 460 personnes d'ici à l'automne 2013. L'été sera également très productif avec la livraison de 36 000 tonnes de rails nécessaires pour achever la LGV Est.


LES CHIFFRES-CLÉS


L'innovation
Fort de sa spécificité (produire des rails de grandes longueurs), l'indien Tata Steel fabrique en Moselle des rails pour le TGV mais aussi les tramways, les métros, les trains classiques ainsi que pour les transports plus spécifiques comme les trains  de charbon ou de minerais.
L'entreprise est à la pointe sur ce type de produits.
La nouvelle ligne de traitement thermique permet de renforcer la résistance de rails de 108 mètres par un laminage particulier qui rend le produit résistant à l'usure.
Ce rail extra dur permet à Tata Steel de développer sa gamme et de conquérir de nouveaux marchés en Europe mais aussi dans les pays très industrialisés comme le Brésil, le Gabon et l'Afrique du sud.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
emploi social économie