En Moselle, un permis de conduire annulé...était encore valable

C'est l'histoire de Nicolas, 32 ans, ouvrier dans le bâtiment. Il y a 18 mois, il reçoit un courrier l'informant qu'il doit restituer son permis de conduire, après avoir perdu tous ses points. Il s'exécute, en subit les conséquences...et découvre aujourd'hui que cette annulation était une erreur.

le document annulé était encore valable
le document annulé était encore valable © France 3 Lorraine
Tout a débuté par un courrier reçu il y a 18 mois. Un courrier on ne peu plus classique, l'informant qu'il a perdu tous les points de son permis de conduire, et qu'il doit le restituer à la préfecture de la Moselle.
Sans savoir exactement où il en est dans son compte de points, il suppose que ce comptage est malheureusement exact, et se rend dans les services du permis de conduire, pour rapporter son carton rose.

Désormais sans possibilité de conduire, il se retrouve très vite "handicapé" vis à vis de son employeur...qui se voit donc obligé de se séparer de lui. Avec des conséquences lourdes pour son budget : il se voit obligé aussi de se séparer de son appartement.

A l'issue de 18 mois, il est en droit de pouvoir repasser son examen du code de la route, lui permettant de retrouver un permis probatoire.
Il passe cet examen avec succès, puis se rend une nouvelle fois à la préfecture, pour obtenir un nouveau carton rose.

C'est alors qu'on lui dit :
Pour Nicolas, c'est tout simplement incroyable !  Tous ses ennuis (perte de son travail, de son logement et l'impact psychologique qui en a découlé) ne sont en fait que le fruit d'une erreur.
Sans connaître encore la cause de cette erreur, Nicolas ne compte pas en rester là... Il s'est fait conseiller, et envisage un recours en indemnisation devant le tribunal administratif, pour faire valoir les différents préjudices, issus de cette erreur
 

Voyez notre reportage...et le témoignage de Nicolas
durée de la vidéo: 01 min 26
un permis de conduire annulé par erreur






Poursuivre votre lecture sur ces sujets
automobile justice société