Opération escargot et manifestation des Caddie à Schiltigheim

Publié le Mis à jour le
Écrit par

150 à 200 salariés de l'usine de chariots de supermarchés Caddie à Drusenheim, en grandes difficultés financières, ont manifesté lundi devant le siège alsacien de la banque publique d'investissement Bpifrance pour réclamer une nouvelle injection d'argent frais.

Les Caddie ont demandé une nouvelle intervention dans le capital de leur maison mère Altia pour sauver l'entreprise. "Nous voulons qu'ils nous disent qu'ils seraient prêts à injecter de l'argent pour qu'on puisse produire, qu'on ait des fonds, sinon dans un maximum de dix jours, on est morts", a résumé le délégué CGT Vincent Hasenfratz. Malgré une injection de quelque 2,5 millions d'euros par la banque publique dans Altia pour soutenir Caddie, le fabricant de chariots est toujours confronté à de graves problèmes de trésorerie. Faute de pouvoir régler ses fournisseurs, l'usine est à l'arrêt depuis un mois.

Les Caddie ont mené lundi une opération escargot sur les 33 km entre leur usine de Drusenheim - 400 salariés - et le siège régional de Bpifrance à Schiltigheim, au nord de Strasbourg. Ils se sont ensuite rassemblés vers 15 heures devant la Bpifrance, où une délégation de salariés a été reçue. Dans une ambiance bon enfant, les Caddie qui arboraient par dizaines des t-shirts à l'effigie de leur marque, ont symboliquement renversé deux chariots devant l'entrée de la Bpifrance. Ils ont déployé des banderoles sur lesquelles on pouvait lire, "Bpifrance actionnaire à 20%, condamné pour non assistance à usine en danger", ou "Nous combattons pour notre avenir".

La déclaration de cessation de paiement du fabricant de chariots devrait être présentée mercredi au tribunal de commerce de Paris, siège de l'entreprise, a indiqué le responsable syndical CFTC Christian Muller . Le dépôt de bilan de Caddie doit permettre à l'entreprise de gagner "un peu de temps" pour faire entrer de nouveaux actionnaires dans le capital de la maison mère, a indiqué le directeur général d'Altia Michel Rességuier aux Dernières nouvelles d'Alsace samedi. Les syndicats de Caddie entendaient plaider auprès de la Bpifrance le dépaysement du dossier judiciaire de Caddie au profit du tribunal de commerce de Strasbourg, et demander de lui accorder "un délai de deux ou trois mois" pour trouver un repreneur, a indiqué M. Hasenfratz. 

Caddie avait déjà été placé en redressement judiciaire début 2012, puis racheté en juin de la même année par le groupe français Altia Industry (détenu à 20% par l'Etat via Bpifrance), qui avait supprimé 124 emplois. La manifestation alsacienne était organisée alors qu'une rencontre devait avoir lieu au même moment au ministère du Redressement productif à Paris.
durée de la vidéo: 02 min 15
Les salariés du magasin Globe ont manifesté à Mulhouse