Cet article date de plus de 6 ans

Bâle : cession d'une importante toile de Gauguin, le vendeur garde le mystère sur le prix

L'héritier d'un collectionneur suisse a  confirmé samedi avoir vendu une célèbre toile de Paul Gauguin, mais a refusé de dire à quel prix, alors que la presse évoquait un montant record de 300 millions de dollars.
"Quand te maries-tu ?", toile de Paul Gauguin peinte à Tahiti.
"Quand te maries-tu ?", toile de Paul Gauguin peinte à Tahiti.
Intitulée "Nafea faaipoipo" (quand te maries-tu?), cette pièce qui représente deux femmes assises est une des oeuvres majeures du maître post-impressionniste, qui l'avait peinte en 1892 lors d'un séjour à Tahiti.

La toile avait été confiée pendant de nombreuses années au musée de Bâle, le Kunstmuseum Basel, dans le cadre d'un prêt à long terme consenti par la fondation de la famille de Rudolf Staechelin, un entrepreneur qui avait amassé une vaste collection de peintres français du XIXème siècle.

"C'est une pièce que mon grand-père avait achetée et qui a été dans la famille pendant de longues années", a expliqué son petit-fils, Ruedi Staechelin, lors d'un entretien téléphonique avec l'AFP, précisant que la famille voulait désormais diversifier ses investissements pour ne pas tout placer dans des tableaux.
Il n'a toutefois voulu indiquer ni son prix, ni son acquéreur, invoquant la confidentialité prévue dans les termes du contrat. "Je le connais mais je ne peux pas le dire", a-t-il répondu. "J'ai entendu beaucoup de chiffres, mais ils sont faux".

Le montant n'est pas connu dans la mesure où la vente s'est effectuée dans le cadre d'une transaction privée. Mais des rumeurs de prix record ont couru dans la presse, certaines sources évoquant un montant proche de 300 millions de dollars.

L'identité de l'acquéreur a également fait l'objet de spéculations, certains médias affirmant que l'oeuvre avait été vendue aux musées du Qatar.
La toile est actuellement exposée à Bâle, à la Fondation Beyeler, dans le cadre d'une vaste rétrospective consacrée à l'oeuvre de Paul Gauguin.
"C'est une pièce très harmonieuse, très accomplie, d'une beauté extraordinaire", a expliqué Martin Schwander le commissaire de l'exposition à l'AFP, précisant qu'il s'agissait d'une "oeuvre majeure" de la première période de Gauguin à Tahiti.

"Pour notre exposition, c'est une pièce centrale", a-t-il poursuivi, indiquant qu'elle faisait partie des pièces choisies pour les affiches de l'exposition.
Après la rétrospective à Bâle, qui refermera ses portes le 28 juin, elle partira pour Madrid où elle sera présentée au musée national centre d'art Reina Sofia, puis à Washington où elle sera hébergée par la Philips Collection.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
peinture