Alsace : le premier village forestier français ouvrira dans la vallée de la Bruche en octobre prochain

D’ici quelques semaines, le premier village forestier de France va voir le jour dans la vallée de la Bruche. Conçu sur le principe d’un retour à la nature, 37 cabanes offriront sur 7ha, un hébergement de plus en plus recherché par le public : des cabanes au milieu des arbres.

Le projet est plutôt colossal pour la vallée de la Bruche. Trois millions et demi d'Euros investis par la société belge Nutchel, pour créer le premier village forestier de France. A l'origine de l'entreprise, un homme et une femme qui ont une expérience de plus de dix ans dans le tourisme. Clémence Rousseau-Dumarcet, co-fondatrice de Nutchel nous explique leur concept : "Ce sont des cabanes au cœur de la nature. L'idée est de déconnecter les gens pour quelques jours et de les replonger dans un univers atypique, dans lequel ils vont pouvoir recréer un lien entre eux et redécouvrir leur rapport avec l'extérieur et la nature."

Un nouveau souffle touristique et économique pour la vallée  

En ce mois de septembre, le futur village forestier, au-dessus de Plaine, est encore en chantier. Mais trente-sept cabanes en bois seront bientôt installées sur sept hectares, à la lisière de la forêt domaniale du Donon. "Auparavant, le site accueillait un village vacances familles, qui a joué son rôle pendant des décennies, mais ce type d'hébergement est passé de mode " explique la directrice de l'Office du tourisme de la vallée de la Bruche, Anne-Catherine Ostertag. Le VVF est alors resté à l'abandon pendant une dizaine d'année.  "Aujourd'hui le public attend autre chose comme type de vacances, et ce projet correspond parfaitement au slogan de notre vallée : l'accueil est dans notre nature." Ce village forestier est de fait le projet qu'ils attendaient, tant sur le plan touristique qu'économique. "D'une part nous voulons replacer l'humain dans la nature, d'autre part nous tenons compte des emplois qui vont être créés, et de l'interaction que le village va engendrer avec les producteurs locaux. Le principe étant de privilégier les circuits courts." 

Des cabanes simples, mais confortables

"On y retrouve des planches de récupération, qui ont servi à fabriquer les tables" explique le co-fondateur de Nutchel, Bernard Van Laethem, "des tranches de douglas récupérés dans une scierie locale, pour les tabourets. C'est un style à la fois rudimentaire et confortable, qui correspond à ce qu'on appelle le glamping." Contraction de deux mots anglais "Glamour" (chic) et "camping". Chaque cabanon dispose d'une glacière, à charge des locataires d'aller chercher les glaçons dans un lieu dédié. Un poêle à bois constitue la seule source de chauffage du cabanon, les locataires disposeront d'une brouette pour aller chercher des bûches, stockées au sec sur le terrain. "Pour l'éclairage, il y a très peu d'électricité " précise Bernard Van Laethem, "une simple guirlande dans la chambre et dans le salon. L'éclairage se fait essentiellement avec une lampe à huile, des photophores et des bougies."

Le village ouvrira ses chalets au public le 22 octobre prochain. Les touristes ciblés sont les Alsaciens et les Vosgiens bien-sûr, mais aussi les Belges, les Néerlandais et les Allemands. Ce sera deux nuitées minimum pour un tarif allant de 90 à 110 euros par personne et par nuit. Une offre d'hébergement dans l'air du temps qui vient enrichir l'offre hôtelière actuelle de la vallée. Désormais "On en aura pour tous les goûts" se réjouit la directrice de l'Office du tourisme. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nature environnement