• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Début de la trêve hivernale : les expulsions cessent, pas la détresse

© E. Kleinhoffer
© E. Kleinhoffer

Depuis mercredi 1er novembre, les propriétaires ont interdiction d'expulser leurs locataires malgré leur impayés. Une trêve qui s'étendra jusqu'au 1er avril. Pour autant, les ménages n'en restent pas moins dans une situation de détresse, parfois extrême. Rencontre d'un couple dans le Haut-Rhin.

Par Judith Jung

Il y a quelques mois encore, ce couple domicilié dans le Haut-Rhin avait un niveau de vie décent. Madame travaillait avant que son usine ne ferme. Et monsieur a été déclaré invalide. Alors qu'ils gagnaient leur vie décemment,  il y a quelques mois encore, ils se retrouvent aujourd'hui avec 5.000 euros de dettes. Le ménage sera convoqué devant un tribunal d'instance le 6 novembre. En attendant, il survit comme il peut. "Il n'y a pas de vacances... que l'essentiel quoi"(...) et "Niveau isolation c'est zéro...on va devoir payer 2.000 à 3.000 euros pour se chauffer". 

Début de la trêve hivernale

En 2016, 15.222 ménages ont été expulsés en France. Un record. L'association du Droit au logement, le DAL, se trouve de plus en plus confrontée à des familles révoltées contre un monde politique qui semble déconnecté de leur réalité. La trêve prendra fin le 1er avril.

Sur le même sujet

La réaction de Maître Weltzer

Les + Lus