Simone Morgenthaler se dévoile dans son nouveau livre, "Ùnseri Schmüswertle", dédié à ses mots doux préférés en alsacien

Publié le Mis à jour le
Écrit par Noémie Gaschy
Elle a imaginé ce livre avec sa fille Lucille, qui a dessiné la couverture.
Elle a imaginé ce livre avec sa fille Lucille, qui a dessiné la couverture. © A. Rapp / France Télévisions

Rund Um. Simone Morgenthaler compte une vingtaine de livres à son actif. Le dernier d'entre eux rassemble des mots doux, expressions et comptines en alsacien qui ont marqué son enfance à Haegen (Bas-Rhin). Un ouvrage volontairement intime pour laisser une trace de sa langue maternelle et la sauver.

"Ùnseri Schmüswertle" est à l'image de Simone Morgenthaler, tendre et émouvant. L'ancienne journaliste de radio et de télévision a compilé dans son dernier ouvrage les mots doux qu'elle entendait lorsqu'elle était enfant. Il y a bien sûr les incontournables : Schmùtz (baiser), Schàtz (trésor), "Katzel" (chaton), "Angele" (petit ange)... Et d'autres, propres à son village d'Haegen et sa famille.

Des expressions également, pleines de souvenirs. "Dü àrms Düttele" (pauvre choupette) ou "Dü bisch ärjer àss de Déihanker" (tu es pire que le diable) lui disait par exemple sa maman lorsqu'elle s'écorchait les genoux ou faisait une bêtise.

Simone Morgenthaler a fait travailler sa mémoire pour retrouver tous ces termes, dont certains particulièrement drôles. Car beaucoup d'entre eux ne sont plus fréquemment utilisés, l'alsacien étant de moins en moins courant. C'est précisément pour cette raison - la disparition de sa langue maternelle - que Lucille, la fille de Simone, a demandé à sa maman de coucher ses mots préférés en alsacien sur papier. 

"La perte de la langue m’a toujours fait très mal. C’est ce qui m’a amenée à l’art, à choisir ce langage abstrait. Et je voulais maintenant me battre plus concrètement pour l’alsacien et ses mots, avec maman", confie Lucille Uhlrich, artiste de métier, qui ne parlait que le dialecte jusqu'à son entrée à l'école avant de devoir peu à peu l'abandonner.

Un livre pour sauver la langue

"Je ne m’attendais pas, à mon âge, à ce que ma fille me fasse cette demande, sourit Simone Morgenthaler. C’est chouette que l’envie vienne de la jeune génération, qu’elle nous implore nous, plus anciens, d’agir pour laisser un héritage et de nous battre davantage pour protéger la langue. J’espère que des gens pourront retomber sur le livre plus tard et savoir comment les mots se disaient à Haegen. Je me livre pleinement sur mes origines : je viens d’Haegen, j’ai grandi ici, c’est ici que tout a commencé et je suis fière de faire lire mon histoire". 

Cette aventure familiale (Lucille Uhlrich a dessiné la couverture), démarrée avec les mots doux, se poursuit : un lexique de mots cochons sera publié à Pâques, puis un autre fera l'honneur aux gros mots et paraîtra en septembre 2022. Ils seront de plus en plus fournis, assure Simone Morgenthaler, car les termes et expressions sont bien plus nombreux à lui revenir à l'esprit qu'elle ne l'aurait imaginé. L'alsacien est particulièrement riche en subtilités de langage.

Les lecteurs sont d'ailleurs d'ores et déjà invités à ajouter leurs mots doux à eux sur le site internet de la journaliste. 

 

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.