Viticulture. Deux pinots noirs obtiennent l'appellation Grand Cru, une première en Alsace

Publié le Mis à jour le
Écrit par Judith Jung

C'est une petite révolution dans le vignoble alsacien. Le pinot noir du Kirchberg à Barr et celui du Hengst à Wintzenheim viennent d'obtenir l'appellation Grand Cru. L'aboutissement d'un long travail démarré il y a dix ans qui ouvre de nouvelles perspectives.

Ils sont soulagés, heureux et fiers naturellement. Plusieurs viticulteurs alsaciens viennent d'obtenir l'appellation Grand Cru pour leurs pinots noirs. Du jamais vu en Alsace, où seuls les vins blancs pouvaient prétendre à cette distinction.

La promulgation au Journal officiel, ce vendredi 13 mai, de l’extension de l’appellation grand cru au pinot noir du Kirchberg à Barr (Bas-Rhin) et du Hengst, à Wintzenheim (Haut-Rhin) vient clore un parcours semé d'embuches long de dix ans.

"C'est mon papa Pierre qui a planté les premiers pinots noirs sur le Kirchberg il y a près de 35 ans" raconte Jean-Daniel Hering, l'un des quatre viticulteurs de Barr qui possède des parcelles sur ce lieu-dit au terroir marno-calcaire. "L'obtention de l'appellation vient récompenser notre travail. "C'est une reconnaissance de la qualité de notre engagement". Le pinot noir représente 20% des cinq hectares de vignes que compte le domaine. 

Nouvelle histoire pour les vins d'Alsace

L'Alsace compte 51 terroirs Grands Crus délimités selon des critères géologiques et climatiques stricts. Jusqu'à présent seuls les vins blancs issus de ces terroirs d'exceptions pouvaient porter l'appellation Grand Cru. 

Mais les viticulteurs alsaciens savaient que leurs pinots noirs étaient arrivés à un stade où ils pouvaient tout à fait prétendre à ce classement prestigieux. C'est donc collectivement, par terroir, qu'ils ont répondu à un cahier des charges ultra précis demandé par la commission d'enquête: âge des vignes (8 ans minimum), densité de plantation, mise en commercialisation au bout d'un an minimum, typicité du vin identique chez tous les producteurs du terroir, rien n'a été laissé au hasard. Les rendements, eux, sont fixés à 40 hectolitres par hectare. 

Une démarche qui a fini par payer. "C'est une nouvelle histoire, une nouvelle aventure qui démarre pour les vins d'Alsace" et Jean-Daniel Herring s'en félicite. "On ne parle pas assez de nos Grands Crus". Cette nouvelle mention apposée sur les étiquettes permettra peut-être aussi "d'attirer un nouveau public, amateur de vin rouge".

Nous ne voulons pas imiter les autres régions qui produisent du rouge mais nous pouvons proposer une alternative

Vincent Stoeffler, viticulteur

"Aujourd'hui, nos pinots sont corsés avec une belle minéralité. Au nez vous sentez les fruits et un petit côté épicé" détaille Vincent Stoeffler, responsable du Grand Cru à Barr. Alors qu'ils étaient encore des vins "passe-partout à boire frais" il y a quelques années, les pinots noirs du Kirchberg ont grandi et sont devenus des vins de gastronomie tout comme ceux du Hengst à Wintzenheim (vignoble d’exposition Sud-Est qui bénéficie du micro-climat sec et chaud de Colmar, sol marno-calcaire). 

Pour sûr, le pinot noir n'a pas fini de faire parler de lui. Pour ce qui est de la commercialisation, il faudra attendre fin 2023 pour voir apparaître les étiquettes mentionnant le Grand Cru.