Cet article date de plus de 3 ans

Charleville-Mézières : six individus mis en examen pour violences dans le quartier Manchester

Six individus ont été mis en examen, mardi 19 juin, pour violences en réunion dans le quartier Manchester de Charleville-Mézières. Ils auraient blessé dix personnes lors de deux épisodes de bagarres, entre le 13 et le 15 juin.
Six personnes ont été interpellées à leur domicile du quartier de Manchester à Charleville-Mézières, mardi 20 juin au petit matin. Les individus, trois majeurs et trois mineurs, ont été mis en examen pour violences en réunion pour des faits remontant à une semaine auparavant. Dix personnes ont été blessées lors de deux épisodes de rixes, provoquées dans le même quartier carolomacérien.

Dans la nuit du 13 au 14 juin, vers une heure du matin, une soirée entre plusieurs jeunes dégénère à Manchester. Une bagarre éclate et neuf personnes sont blessées, dont l'une reçoit des séquelles qui nécéssitent 10 jours d'arrêt de travail. Le 15 juin, à 16 heures, la même "bande" provoque une nouvelle rixe dans le quartier. Cette fois-ci, une personne est blessée et se voit admnistrer, elle aussi, 10 jours d'interruption temporaire de travail.


Deux individus sous contrôle judiciaire

"C'étaient deux faits qui laissaient penser qu'à la suite d'un différent - dont l'origine est difficile à déterminer : jalousie, mécontentement, commerce ou consommation de produits stupéfiants - une vindicte s'est manifestement fait jour à l'issue de cette soirée, confie Laurent de Caigny, procureur de la République de Charleville-Mézières. C'est un premier épisode de violence. Un certain nombre de protagonistes, dont quelques mineurs, retrouvent quelques heures après et on assiste à un nouvel épisode de violences."

Un des trois mineurs a été placé sous contrôle judiciaire. Un des majeurs, bien connu des services de police, est passé en comparution immédiate dans l'après-midi du 20 juin. Malgré la volonté du parquet de l'incarcéré, lui aussi a été placé sous contrôle judiciaire. Les quatres derniers individus mis en examen attendent encore la date de leur comparution devant le tribunal correctionnel.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société