Cet article date de plus de 3 ans

Hôpitaux ardennais : l'ARS rend son arbitrage

Après plusieurs réunions publiques, plusieurs réunions avec les élus, après avoir constaté une forte mobilisation pour la défense d'un service hospitalier de qualité, l'Agence Régionale de Santé a finalisé sa feuille de route avec notamment le maintien à Sedan de la maternité de niveau 2A.
Depuis février, les manifestations se sont multipliées pour défendre un service hospitalier de proximité et de qualité. Ce 31 mai, l'ARS a rendu ses conclusions sur la feuille de route des hôpitaux du Nord Ardennes.
Depuis février, les manifestations se sont multipliées pour défendre un service hospitalier de proximité et de qualité. Ce 31 mai, l'ARS a rendu ses conclusions sur la feuille de route des hôpitaux du Nord Ardennes. © Sébastien Valente / France 3 Champagne-Ardenne
Dans un communiqué de presse envoyé ce jeudi 31 mai, l'Agence Régionale de Santé Grand Est a rendu ses arbitrages à propos des hôpitaux du Nord Ardennes. 

Voici ses principaux engagements :

Si la maternité, la pédiatrie et la néonatologie semblent maintenus à leur niveau actuel, le service de chirurgie va connaître un réel changement : fini l'hospitalisation complète sur le site de Sedan, place à la chirurgie ambulatoire plus légère et moins coûteuse.

"Il n'est jamais agréable d'être confronté à une situation critique comme celle là, affirme Didier Herbillon le maire de Sedan. On parlait quand même il y a six mois de cela d'une fermeture partielle - voir totale - de l'hôpital sedanais. Au final l'essentiel est sauvé !"
Le premier édile restera attentif à l'évolution de la situation : " Boris Ravignon, le maire de Charleville-Mézières, et moi-même avons obtenu la création d'un comité de suivi du "plan de performance". Celui-ci se réunira une première fois d'ici la fin de l'année et j'y siégerai."

Du côté du comité de défense des hôpitaux de proximité des Ardennes, on se félicite de la mobilisation depuis le début de l'année et du maintien de la maternité de niveau 2A à Sedan : " Si on n'avait pas manifesté comme on l'a fait, on aurait eu un "plan de performance" bien pire que celui qu'on nous présente aujourd'hui, " confirme Michèle Leflon, la secrétaire du comité. " En revanche, ce plan continue de nous inquiéter fortement, notamment au niveau de l'emploi. Parler de maintien global c'est jouer sur les mots. Selon nos calculs une centaine d'emplois continuent d'être menacés. "

La CGT analyse la situation de façon similaire : " Les fortes mobilisations de mars et mai ont permis dans un premier temps de faire reculer l'échéance et peut être d'amener à une prise de conscience des difficultés que rencontrent notre bassin de population." confie sa secrétaire, Bernadette Pion. "Mais on redoute quand même une baisse d'attractivité de l'hôpital de Sedan auprès des médecins, et des problèmes significatifs de recrtutemment qui pourraient à nouveau changer la donne.

Une réunion publique est organisée par le comité de défense des hôpitaux, le mercredi 6 juin à 18h au centre social Le Lac à Sedan. 


 



 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société économie