Cet article date de plus de 3 ans

Au pressoir du Chesne, dans les Ardennes, les particuliers peuvent faire leur propre jus de pommes

Faire son propre jus de pommes, c'est possible dans la commune du Chesne, dans les Ardennes. Un pressoir vient d'ouvrir ses portes au public. Il suffit de ramener ses pommes et on repart avec ses bouteilles. 
© David/Creative Commons
Plutôt que manger les pommes de son jardin, Raphaël Laqueue préfère en faire des jus. Chaque année, il apporte donc sa petite production dans un pressoir installé au Chesne, au milieu de la campagne ardennaise. En à peine 15 minutes, il récupère ainsi 70 litres de jus de pommes. Un bon produit sans aucun additif.

"Ca évite de perdre nos pommes ! Certes, on peut les conserver dans une cave pour l'hiver mais nous, nous n'en mangeont pas beaucoup, on préfère boire du jus !" explique t-il? "Et là c'est des produits bio, non traités. C'est bien de savoir ce qu'on boit."

Une recette traditionnelle

durée de la vidéo: 01 min 42
Au pressoir du Chesne, dans les Ardennes, les particuliers peuvent faire leur propre jus de pommes

Dans ce pressoir, la fabrication se veut la plus traditionnelle possible : aucun sucre n'est ajouté ajouté au cours de la transformation. Le jus passe simplement à la centrifugeuse avant d'être pasteurisé et mis en bouteille. Le procédé est le même depuis 1994, date à laquelle Jean-philippe Courtois, producteur de fruits, a décidé d'ouvrir son local aux particuliers de la région.

"On veut que ça reste artisanal et que les gens récupèrent le produit de leurs pommes. On veut pas tomber dans l'industriel, ça doit rester agréable",  explique Jean-Philippe Courtois

Les particuliers se suivent ainsi dans le pressoir pour mettre leurs pommes en bouteille. Cette année, ils sont cependant moins chanceux : la récolte des pommes dans les Ardennes a été plutôt mauvaise. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
écologie environnement société agriculture bio agriculture économie agro-alimentaire