• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Aube. Des jeunes placés en foyer deviennent les stars de courts-métrages

Des enfants placés en foyer deviennent les stars d'un court métrage dans l'Aube, à Bréviandes / / © Alexandre Hébert / France 3 Champagne-Ardenne
Des enfants placés en foyer deviennent les stars d'un court métrage dans l'Aube, à Bréviandes / / © Alexandre Hébert / France 3 Champagne-Ardenne

Dans l'Aube, des enfants malmenés par la vie -placés hors de leur famille- tournent dans un court métrage réalisé par des étudiants d'une prestigieuse école de cinéma parisienne, le conservatoire libre du cinéma français. Une façon de les mettre en lumière et de leur donner confiance.
 

Par FM avec Alexandre Hébert

Silence… ça tourne. Pour les comédiens en herbe, la concentration est au maximum. Car l'espace d'une journée, ils ont fait leur cinéma comme des grands à Bréviandes dans l'Aube. Une équipe d'étudiants en cinéma, venus d'une prestigieuse école parisienne, le conservatoire libre du cinéma français, ils ont choisi de faire des enfants placés dans un foyer les stars de leur court-métrage.

Dans notre reportage, les enfants prennent plaisir à jouer les comédiens :

Pour ces enfants, pour il s'agit avant tout d'un jeu, comme le raconte Louwan, 8 ans :

On va tourner sur les rails, . Après on va être sur une tente, on rigole, on joue.

Tous les participants ont été placés dans une structure d'accueil sur décision de justice, bien souvent à cause de maltraitance. La plupart ne rentrent jamais chez leurs parents. Pour la fondation qui gère le village d'enfants où ils sont placés, c'est une façon de les mettre en lumière.

"Ce sont des enfants qui ont un passé un peu chaotique, explique Benoît Réveillon Fondation Action Enfance. Pour nous, les éducateurs, nous avons à cœur de leur ouvrir des expériences nouvelles et accéder à quelque chose dont on peut rêver."

Les étudiants en cinéma impressionés par le professionnalisme des jeunes

Le court métrage sera un clip musical d'environ cinq minutes. Alors les enfants sont impliqués dans l'ensemble du processus créatif. Du maquillage à la prise de son en passant par la chanson, pas de quoi leur faire tourner la tête, à l'image d'Herkel, 15 ans : "Ça va, ça ne m'impressionne pas trop. J'aime bien ça."

Pour les encadrer, la dizaine d'étudiants en cinéma sont impressionnés par le professionnalisme des cinéastes en herbe. Arthur Lallauret, étudiant en école de cinéma et assistant caméra sur le tournage, constate : "Ça se voit qu'ils prennent du plaisir."

En tout, 15 courts métrages comme celui-ci sont tournés partout en France. En mai, ils seront présentés au Grand Rex à Paris devant un jury de personnalités du cinéma. L'occasion, peut-être, de se faire remarquer.

Sur le même sujet

toute l'actu cinéma

Écuroduc Vandoeuvre-lès-Nancy

Les + Lus