• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Des guêtres de récupération pour les chevaux

© O. Mayer / France 3 Champagne-Ardenne
© O. Mayer / France 3 Champagne-Ardenne

Le cheval est un athlète avant tout. C'est en partant de ce constat qu'une start-up, hébergée à la Technopole de l'Aube, a mis en place et commercialise des équipements innovants pour le bien-être des équidés.

Par I.F avec Thiphaine Le Roux

Quand elle rend visite au haras de Jean-Baptiste Horiot, Aurélie Martin s'intéresse tout particulièrement aux jambes des chevaux.
Depuis un an et demi ce cavalier professionnel, spécialiste du saut d'obstacle, utilise des équipements innovants conçus par la société d'Aurélie.
Longtemps cavalière elle-même, mais aussi pratiquante de course à pied, Aurélie Martin a eu l'idée de guêtres de récupération pour les chevaux.
 " En course à pied, on utilise beaucoup de dispositif de récupération (…). Il y a eu l'émergence, il y a quelques années, de la cryothérapie, des bas de contention pour la course et autres. Et en parallèle, dans l'équitation, on manquait de ce genre de choses, alors que le cheval est tout autant athlète et qu'il va avoir les mêmes besoins en terme de soins. "

À l'intérieur de ces guêtres en polyuréthane, une sorte de compresse avec des huiles essentielles.
Vasco les porte une à deux fois par semaine, après l'effort, et ses tendons souffrent moins, précise son propriétaire.

La confection textile de ses produits est réalisée chez Emo.
Après les guêtres, cette entreprise troyenne aide à l'élaboration d'un prototype pour la conception d'une cape porteuse des fameuses huiles essentielles.

Hébergée à la technopole de l'Aube Aurélie et sa société Akhal ont fait du chemin. Après une année de commercialisation, Aurélie a pu recruter deux personnes en CDD et un stagiaire. Ses produits se vendent déjà en France, en Suisse et au Benelux.

Fini le galop d'essai : aujourd'hui Aurélie fait partie des 20 starts-up accompagnées par une agence du Grand Est. Objectif : passer d'un chiffre d'affaires de 50 000 euros à un million, en 3 ans.
 

Sur le même sujet

Bande-annonce : Ensemble, c'est mieux !

Les + Lus

Les + Partagés