INSOLITE. Daisy et Loulou, couple de canards devenus mascottes des pompiers de Troyes

Publié le Mis à jour le

Deux canards, Daisy et Loulou, sont devenus les mascottes des pompiers de Troyes (Aube). Lorsque le printemps revient, le couple niche dans les fleurs du monument aux morts de leur caserne, et donne naissance à des canetons.

On retrouve souvent des volatiles dans des endroits incongrus. L'Alsace avait son cygne patientant à un arrêt de tramway; voilà que la Champagne-Ardenne a ses canards... chez les pompiers.

On vous raconte. Depuis au moins trois années, à l'arrivée du printemps, un couple de canards niche dans la caserne troyenne du service départemental d'incendie et de secours (Sdis) de l'Aube.

Justement, ladite caserne est située au fil de l'eau. Plus précisément en bord d'un bras de Seine, où aiment barboter les canards. Daisy et Loulou, les deux palmipèdes nous intéressant ici, font donc quelques mètres à pied (enfin, à palme) pour aller nicher dans les fleurs du monument aux morts qu'on trouve dans la cour de la caserne (visible sur la carte ci-dessous).


Nadège Habrant, directrice de la communication du Sdis de l'Aube, donne les détails à France 3 Champagne-Ardenne. "Tous les ans, les pompiers voient le même manège. La femelle et le mâle repèrent les lieux, pour voir si le monument aux morts [aux pompiers qui ont péri durant la guerre; ndlr] est toujours calme, et s'ils peuvent s'installer. Ensuite, la femelle vient installer son nid, elle pond... Et quand ses petits sortent des oeufs, elle repart dans le cours d'eau qui est juste à côté."

Un caneton peut en cacher un autre

Daisy a donc ses habitudes. Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'elle est particulièrement fertile, et Loulou prolifique. "Elle a déjà eu sa première portée [cette année; ndlr], les petits sont partis. Elle a eu sa ponte le 22 mars, et les coquilles étaient vides le 6 avril. Elle reste là une quinzaine de jours le temps que les petits sortent de la coquille et grandissent, puis ils sautent dans le ruisseau."


"C'est assez rapide, elle est efficace. On n'a même pas vu partir les canetons. Et là, le capitaine disait qu'elle était en train de repérer à nouveau les lieux la semaine dernière. Il pensait qu'elle allait de nouveau venir pour une deuxième ponte. A priori, elle en fait deux certaines années..." 

Danse des canards

Les soldats du feu sont de véritables nounous pour ce couple de canards et ses petits. "Ils ont choisi de venir s'installer à la caserne, et les pompiers y sont attachés. Certains nourrissent les canards, font attention et les chouchoutent, et c'est un grand bonheur pour eux de la revoir venir pondre chaque année. Ils sont très vigilants avec les véhicules, c'est rigolo et touchant, tous ces hommes de la caserne Vouldy qui tiennent à leurs canards. Ça apporte une petite joie d'être auprès d'eux et d'en prendre soin." Une année, les canetons ont même reçu un petit bac à eau pour s'ébattre. 

C'est rigolo et touchant, tous ces hommes de la caserne Vouldy qui tiennent à leurs canards.

Nadège Habrant, directrice de la communication des pompiers de l'Aube

Le capitaine Fabrice Dollon, responsable de la caserne, fait partie du fan-club. Il veille à ne pas déranger madame lorsqu'elle couve, et vérifie de temps en temps qu'elle est bien là (elle va parfois barboter une dizaine de minutes en laissant les oeufs exposés). "Cela fait plusieurs années qu'on voit les petits quasiment tous les ans, quand on a la chance d'être là quand les oeufs éclosent. Ce qui est assez exceptionnel pour nous, c'est qu'elle fait son nid dans les plantes du monument aux morts. C'est un vrai pied-de-nez à la vie... ou à la mort, plutôt, ces petits canetons qui viennent y naître tous les ans. C'est une très belle histoire." Une autre manière de saluer la mémoire des pompiers, pour Daisy et Loulou. 

Le mystère Donald

Mais d'ailleurs, pourquoi donner ces noms aux volatiles, devenus de véritables mascottes de la caserne ? "Daisy et Loulou, ce sont les noms donnés par les personnels de la caserne. C'est un choix qui s'est fait comme ça, spontanément, à force de les appeler ainsi. Daisy, c'est la cane dans les bandes-dessinées Donald Duck." En parlant de Donald, il convient de citer un troisième larron du même nom.


"On n'est pas sûr. Je ne suis pas un grand spécialiste des canards, on avait recherché un peu sur Internet. Parfois, il peut y avoir un deuxième mâle qui apparaît dans le couple." Ce deuxième mâle pourrait être Loulou (un des neveux de Donald dans les BD). Et Donald serait son prédécesseur. "On a eu peur à un moment que le mâle se soit fait écraser, parce qu'on est à côté du boulevard Pompidou, où on avait vu un canard écrasé... et Daisy était toute seule. Mais comme ils ne sont pas bagués, on pense : mais on ne peut pas être sûr." Les canards sont en tout cas chez eux : ils viennent même manger dans la main des pompiers (on peut leur donner du maïs et autres graines et céréales, mais le pain est à éviter). 

C'est toujours un plaisir de voir Loulou (Daisy est plus souvent cachée pour couver) sur le parking. "Pendant plusieurs semaines, on le voit tourner autour, venir régulièrement la voir... Il se pose dans la cour. Le week-end dernier, on a même vu Daisy posée avec son mâle à côté de la voiture. Ils tournent autour de nous et ne sont jamais très loin." C'est presque plus passionnant à regarder qu'une émission télévisée. L'évènement de l'année, qui annonce l'arrivée du printemps, et dont on espère qu'il durera longtemps.