Alsace : couvre-feu avancé à 18 heures à partir de dimanche 10 janvier dans le Bas-Rhin et le Haut-Rhin

L'annonce était attendue et faisait l'objet de spéculations, elle est tombée ce matin, le 10 janvier, après une réunion à la préfecture entre les autorités de l'Etat et les représentants des maires du Bas-Rhin. Le couvre-feu est avancé à 18 heures à compter de dimanche 10 janvier en Alsace.

Le couvre-feu dans le Bas-Rhin est avancé à 18 heures à compter du 10 janvier
Le couvre-feu dans le Bas-Rhin est avancé à 18 heures à compter du 10 janvier © Jean-Marc Loos / MaxPPP

Le couvre-feu dans le Bas-Rhin et le Haut-Rhin est avancé à 18 heures à compter du 10 janvier. Une décision officielle depuis ce matin, vendredi 8 janvier, après la réunion entre les autorités et les représentants des maires du département, mais qui ne surprend personne. En effet, les chiffres du covid ne sont pas bons, le taux d'incidence frôle les 200 cas pour 100.000 habitants dans le Bas-Rhin et atteint 231 dans le Haut-Rhin. Un taux trop élevé qui justifie cette mesure. 

"Les maires sont mitigés sur la mesure, il faut avoir l'honnêteté de le dire, néanmoins tous les médecins sont d'accord pour reconnaitre que dès lors que l'on restreint les déplacements, on évite de nouvelles rencontres et des contacts, donc au plan médical cette mesure est pertinente. Et puis les élus préfèrent tout de même un couvre-feu anticipé à une mesure de reconfinement", explique Josiane Chevalier, préfète du Bas-Rhin.

Concrètement, à 18 heures, les gens devront rentrer chez eux, cela ne s'applique pas évidemment aux professionnels ni aux scolaires, des dérogations existent. Les commerces devront fermer à 18 heures. Pour Eric Straumann, maire (LR) de Colmar, "il vaut mieux un couvre-feu avancé qu'un confinement comme c'est le cas en Angleterre, ou en Allemagne, il faut répondre à l'évolution de cette pandémie et je ne veux pas accabler le gouvernement, qui a pris une décision difficile, certainement sur des bases scientifiques, je respecte cette décision". Ce couvre-feu est déjà en vigueur dans 15 départements de l'Est de la France. Le gouvernement doit valider cette décision dans les heures qui viennent.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société