Bas-Rhin : des inscriptions antisémites retrouvées sur 107 tombes à Westhoffen

107 tombes ont été profanées au cimetière israélite de Westhoffen (Bas-Rhin). / © Document remis, Préfecture du Bas-Rhin
107 tombes ont été profanées au cimetière israélite de Westhoffen (Bas-Rhin). / © Document remis, Préfecture du Bas-Rhin

Des inscriptions antisémites ont été retrouvées sur 107 tombes du cimetière israélite de Westhoffen (Bas-Rhin) et sur l'ancienne synagogue de Schaffhouse-sur-Zorn (Bas-Rhin), le mardi 3 décembre. Parmi les tombes profanées, certaines appartiennent à la famille de Jean-Louis Debré.

Par Vincent Ballester

L'ancienne synagogue de Schaffhouse-sur-Zorn (Bas-Rhin) et le cimetière israélite (voir vidéo plus bas) de Westhoffen (Bas-Rhin) ont été profanés par des inscriptions à caractère antisémite (voir carte en bas d'article). C'est aussi le cas de la mairie de Schaffhouse-sur-Zorn, d'après la préfecture. Ces inscriptions ont été découvertes le mardi 3 décembre 2019. A Westhoffen, on dénombre 107 tombes profanées, dont plusieurs de la famille de l'homme d'État Jean-Louis Debré. L'ex-président du Conseil constitutionnel a déclaré ressentir de la "colère devant ses gestes ignobles, scandaleux et révoltant au micro de France Bleu AlsaceCe qui s'est passé est un coup de poignard, j'ai honte et j'ai vraiment envie de pleurer."

Le maire de la ville, Pierre Geist, a fait part de son écoeurement. "Les communautés ici ont toujours vécu en harmonie, je suis consterné quand je vois ça. Ici ont vécu des gens célèbres, des gens qui sont issus de cette terre d'Alsace qui ont façonné la france, des gens reconnus au niveau national. Et quand je vois l'état de leur tombe, ça me fait mal au coeur, je suis déçu qu'il existe des gens aussi misérables qui puissent salir la mémoire des hommes de cette façon là, c'est honteux."

La gendarmerie effectue les premières constatations et a commencé l'enquête. Le préfet du Bas-Rhin, Jean-Luc Marx, a rapidement fait part de son indignation et a condamné "avec la plus grande fermeté cet acte antisémite". Il assure également "son soutien le plus total à la communauté juive". Il n'est pas le seul à s'indigner : une habitante rappelle "que la communauté juive [y] est la plus ancienne de Basse-Alsace" (voir tweet ci-dessous).
 

Le maire de Strasbourg, Roland Ries, a également réagi : "Face à de tels agissements, l’on reste sans voix, car comment peut-on s’en prendre à des sépultures ? Comment peut-on dénier ainsi ce qui fonde notre civilisation ? Je condamne avec la plus grande fermeté ces méthodes lâches et anonymes et j’espère voir les auteurs de ces actes odieux rapidement retrouvés et jugés." Quant au ministre Christophe Castaner, il dénonce "des actes abjects et répugnants".

Le 26 novembre, des inscriptions racistes et antisémites avaient été découvertes sur les murs de la mairie-école de Rohr (Bas-Rhin). Il était écrit "Cim juif westofen EWK" sur l'un de ces murs.

Ces inscriptions rappellent aussi celles retrouvées sur les mairies de Thal-Marmoutier et Haegen en juillet 2018, la maison du maire de Brumath en novembre 2018, la permanence du député Bruno Studer à Schiltigheim en janvier 2019, un centre de demande d'asile strasbourgeois en janvier 2019 également, et sur la mairie de Schirrhoffen en juillet 2019. On peut aussi voir un parallèle avec les tags retrouvés au cimetière juif d'Herrlisheim en décembre 2018 et à celui de Quatzenheim en février 2019, ainsi que les dégradations commises à la synagogue de Mommenheim en mars 2019. 
 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus