Cet article date de plus de 4 ans

Haguenau : les salariés d'Itron lancent un appel aux dons

Les salariés d'Itron à Haguenau sont allés à la rencontre des commerçants et des piétons du centre ville hier pour lancer un appel aux dons afin de défendre leur emploi. Le site alsacien devrait fermer ses portes en 2018. Une décision qu'ils ne comprennent pas.
La mobilisation des salariés d'Itron se poursuit.
Les salariés font grève chaque vendredi depuis le 6 janvier. Hier, c'est une marche au centre-ville d'Haguenau qu'ils ont organisé pour sensibliser le public à leur combat.

David contre Goliath


La multinationale américaine, spécialisée dans la fabrication de compteurs d'eau à grande capacité, a décidé de fermer son site alsacien en 2018. 
L'entreprise, présente dans trente-cinq pays, emploie 8 000 salariés dans le monde dont un millier en France.

Cette décision intervient dans le cadre d’une « restructuration de l’organisation industrielle et des activités de recherche et développement du groupe » et qui prévoit la suppression de 800 postes à travers le monde.

15 suppressions de postes, 53 délocalisations


Sur les 68 postes alsaciens actuels, une quinzaine devraient ainsi être supprimés.
Les 53 autres seront délocalisés vers les autres sites à Mâcon en Saône et Loire où sont déjà fabriqués des « petits compteurs résidentiels , en Allemagne et en Hongrie ( Godollo ). Les salariés qui refuseront les mutations seront licenciés « pour motif économique ».

Les salariés craignent donc par ce chantage de perdre une partie importante de leur salaire. Le salaire minimum à Godollo étant de 353 euros (le smic brut en France était fixé au 1er janvier 2017 à 1 480,27 euros).

Une trahison


Une fermeture d’autant plus incompréhensible pour les employés, que le site est rentable. 
"la production est en dents de scie comme partout mais le carnet de commandes est convenablement fourni. L'entreprise est rentable" nous confie un délégué FO.
Le chiffre d'affaires a augmenté de 9% l'année dernière.

Stéphane Burcker, délégué FO

Le carnet de commandes est plein. On nous demande de faire des heures sup en veux tu en voilà. C'est une trahison


Depuis cette annonce, la valeur des actions de l’entreprise a doublé. Elle est passée de 33 à 65 dollars.

Les salariés lancent une souscription sur internet : un appel aux dons, 60 000 euros environ,  pour notamment payer les frais d'avocats.

durée de la vidéo: 01 min 42
Itron ©France 3 Alsace



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie mouvement social social