Les potiers d'Alsace réclament une IGP

Publié le Mis à jour le

Pour lutter contre la concurrence chinoise, les potiers de Soufflenheim et Betschdorf se fédèdent. Six nouveaux potiers ont entamé des démarches pour rejoindre l'association Potiers d'Alsace qui cherche à obtenir un indicateur géographique pour garantir la provenance de leurs produits.

Un indice géographique, comme pour les dentelles de Calais ou les couteaux de Laguiole, voilà peut-être la solution pour sortir les potiers de la crise. La démarche serait un gage de confiance, une reconnaissance qui pourrait aboutir dans un peu plus d'un an afin de permettre aux potiers d'Alsace de maintenir la tradition dans la modernité.

Car depuis les années 90 et l'apparition des imitations chinoises, rien ne va plus pour la poterie alsacienne. Les ventes sont en chute libre et les petites entreprises, familiales le plus souvent, disparaissent peu à peu. Malgré tout, les artisans de la région de Soufflenheim veulent continuent d'y croire et de valoriser leur savoir-faire.
durée de la vidéo: 01 min 42
Les potiers à la recherche de solutions pour s'en sortir
En 2009 déjà, un label "potiers d'Alsace" avait été créé avec certificat d’authenticité et poinçon pour attester que la pièce est conçue, réalisée, émaillée, cuite et décorée à 100 % dans des ateliers alsaciens. Il fallait convaincre les consommateurs que dans les ateliers, chaque pièce est unique,mise en forme et décorée selon un véritable savoir-faire. Malheureusement cela n'avait pas suffi et chaque année, de nouveaux céramistes mettent la clé sous la porte. Ils étaient 26 en 2008, ils ne sont plus que 21 en 2015.