Sport : un Alsacien développe le basket en Tanzanie pour son stage d'études, "je reviendrai, c'est sûr"

Publié le Mis à jour le
Écrit par Flavien Gagnepain .

Depuis fin mai 2022, Nathan Striegel, un Bas-Rhinois de 21 ans, travaille avec une ONG en Tanzanie pour y développer le basket-ball. Une aventure à laquelle il n'aurait jamais cru participer il y a encore quelques mois.

Pendant trois mois, Nathan Striegel aura vécu l'expérience la plus importante de sa jeune vie. Depuis la Tanzanie, cet étudiant alsacien travaille en lien avec une ONG, pour développer le basket-ball dans le pays. Avant de revenir en Alsace, il nous a confié son bonheur d'avoir osé rejoindre l'Afrique, lui qui a longtemps hésité.

"C'est la première fois que je voyage vraiment", confie Nathan Striegel depuis Mwanza, la deuxième ville de Tanzanie, au bord du lac Victoria. Depuis le 24 mai 2022, ce Bas-Rhinois originaire de Gries y vit, dans le cadre d'un stage qu'il effectue à l'issue de sa licence de management du sport : "Quand en mars j'ai vu cette offre, ça m'a directement tapé dans l'œil. Faire un stage pour partager le basket avec d'autres personnes aussi passionnées que moi, ça me parle."

Si le jeune homme est aussi enthousiaste, il avoue avoir longuement hésité avant de se jeter à l'eau : "Même après avoir été pris, je n'ai pas directement dit oui. Mais on m'a poussé à y aller, et je ne regrette pas du tout."

Il n'avait pas à hésiter. Ce genre d'opportunité, ça ne se présente qu'une seule fois.

Milos Maksikovic

Entraîneur de Nathan Striegel

Parmi ceux qui ont convaincu Nathan de partir presque à l'autre bout du monde, son coach au Basket Club de Gries Oberhoffen, Milos Maksimovic : "Il ne voulait pas être en retard pour la préparation de la nouvelle saison. Mais il n'avait pas à hésiter. Ce genre d'opportunité, ça ne se présente qu'une seule fois. Partir à l'étranger, ça change la vie, et je sais de quoi je parle", sourit le coach serbe.

Il y a beaucoup d'équipes mais pas assez de terrains.

Nathan Striegel

Voici donc Nathan dans l'avion, et après 13h de vol, il découvre la Tanzanie. Même s'il a pu visiter le Rwanda et faire un safari, notre basketteur n'est pas là pour le tourisme. La mission, c'est de développer son sport à Mwanza, en partenariat avec l'ONG Sports Charity Mwanza : "Il y a beaucoup d'équipes mais pas assez de terrains, résume Nathan Striegel. Souvent, quatre équipes veulent jouer et doivent se partager un seul terrain."

La mission de Nathan est donc de travailler à la création de centres sportifs : "Je ne suis pas sur la pelleteuse, mais je cherche à récolter des fonds", précise l'étudiant. Le 13 août dernier, il publie une vidéo dans laquelle il appelle aux dons pour construire un centre sportif dans la ville, dont un terrain de basket :

En parallèle, la construction d'un autre centre a été lancée, et Nathan s'implique également dans la distribution de ballons, venus d'Allemagne : "Ce sont surtout des ballons de foot, qu'on donne aux clubs locaux. On organise aussi une collecte de ballons en France pour les acheminer en bateau jusqu'ici", annonce l'étudiant. Son stage ne s'arrête donc pas au basket. Le volley et le netball sont deux autres sports qu'il compte développer.

Pendant son stage, celui qui rentrera en M1 Marketing à la rentrée a pu dribbler et marquer des paniers avec les joueurs locaux : "On a organisé un match en 3 contre 3, qui n'est pas trop développé ici. C'est une belle occasion de montrer ça au public mais aussi aux joueurs", que Nathan Striegel a pu affronter.

"Le style de jeu est très physique ici, les joueurs sont plus dans le duel. Et le niveau est assez hétérogène. Il est globalement moins bon qu'en Europe, mais j'ai été surpris par certains, dont un qui joue en équipe nationale. Ils savent jouer au basket!", de quoi justifier la construction de ces terrains et l'acheminent de tous ces ballons.

J'ai pris en main des exercices pour travailler la dextérité.

Nathan Striegel

Si Mwanza ne manque pas de joueurs, la ville a besoin de terrains donc, mais aussi d'une rigueur à l'entraînement : "En France, l'entraînement commence par un échauffement, puis des exercices précis, et enfin un match. Ici, ils font 15 minutes de lay-ups (une manière de faire un panier en pleine course) et des matches jusqu'au bout de la nuit. Alors j'ai pris en main des exercices pour travailler la dextérité."

Une prise d'initiative qui ne surprend pas Milos Maksimovic, Nathan étant lui-même coach des U15 du club de Gries Oberhoffen : "Cette expérience va enrichir les qualités de leader qu'il a déjà. C'est quelqu'un de très organisé, avec un vrai leadership. C'est pour ça qu'il est mon capitaine. Il est là pour tout le monde, et je suis sûr que ça lui apporter énormément."

Nathan sait que l'expérience accumulée va être immense, et se verrait bien rester : "J'ai été très rapidement mis à l'aise ici. J'ai l'impression d'être chez moi. C'est sûr, je reviendrai voir les évolutions des travaux mais aussi les amis que je me suis fait ici." Le basketteur retrouvera l'Alsace le dimanche 21 août, après trois mois au bord du lac Victoria, 6 200 kilomètres de Gries.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité