Cet article date de plus de 3 ans

L'affaire du projectionniste : "Il n'y avait pas de corps, pas d'arme, pas de mobile"

Crimes à l'Est revient sur l'affaire du projectionniste. Il y a vingt-trois ans, Carole Prin, une femme de 37 ans, sur le point d'accoucher, disparaît à Strasbourg. Pas de corps, pas d'arme, pas de mobile... Trois ans après, son compagnon Roland Moog est mis en examen. 
Roland Moog, le projectionniste, condamné pour le meurtre de Carole Prin, sa compagne.
Roland Moog, le projectionniste, condamné pour le meurtre de Carole Prin, sa compagne. © Thierry Doudoux


Il y a vingt-trois ans, Carole Prin disparaît alors que cette femme de 37 ans est sur le point d’accoucher. Son compagnon, Roland Moog, lance l'alerte. 

Roland Moog, le compagnon, mis en examen


Après une longue enquête, trois ans après la disparition, le compagnon de Carole Prin (père de l’enfant) est mis en examen pour homicide volontaire. Il continue de nier les faits jusqu'à la découverte d'une femme et de son foetus dans une malle. Il a tué d'une balle dans la tête sa compagne dans les sous-sols du cinéma dans lequel ils travaillaient tous les deux à Strasbourg.

Une affaire qui a marqué les esprits

L’affaire a marqué beaucoup de Strasbourgeois… Roland Moog a raconté 4 ans après qu'il avait caché le corps derrière un écran de cinéma pendant 2 ans… Il a été condamné à 25 ans de réclusion criminelle (dont 15 ans avec sûreté). 

Il reste encore beaucoup d’ombre dans le film noir du Projectionniste.Reportage : Marie Pouchin
Intervenants : Pascal Schultz, avocat général (lors du procès) aux Assises de Strasbourg et Maître Thierry MOSER, Avocat de la partie civile
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société