Assises du Bas-Rhin : huit ans de prison ferme pour le jeune homme ayant tué un septuagénaire lors d'un rodéo en 2018

Nabil El Barkani est condamné à huit ans de prison ferme, ainsi en ont décidé les assises du Bas-Rhin. Le jeune homme de 21 ans avait, le soir du 5 décembre 2018, percuté et tué un septuagénaire lors d'un rodéo dans le square piétonnier de la cité Rotterdam à Strasbourg.

Nabil El Barkani, tête baissée dans le box des accusés, a reconnu les faits et a été condamné à huit ans de prison ferme, il a dix jours pour faire appel
Nabil El Barkani, tête baissée dans le box des accusés, a reconnu les faits et a été condamné à huit ans de prison ferme, il a dix jours pour faire appel © Jérôme Gosset / France Télévisions
Nabil El Barkani a donc été condamné à huit ans de réclusion, conformément aux réquisitions du parquet général des assises du Bas-Rhin. Huit ans de prison ferme pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans volonté de la donner et destruction de preuves. Le 5 décembre 2018, le jeune homme de 21 ans avait, lors d'un rodéo dans le square de la cité Rotterdam à Strasbourg, percuté et tué un septuagénaire. Habitué des lieux cet avocat du barreau de Strasbourg, promenait son chien ce soir là, comme à son habitude.

Ce vendredi 20 novembre, place aux réquisitions de ce procès qui a démarré en milieu de semaine. L'avocat général a insisté sur l'accusation de violences volontaires ayant entraîné la mort sans avoir l'intention de la donner avant de réclamer huit ans de détention. L'avocat de la défense, Maître Slim Benchaabane a ensuite pris la parole, et souligné que son client n'était animé que d'une seule intention : "faire le con, il voulait faire des glissades dans le parc et n'a pas vu la victime, il s'est enfui parce qu'il était tétanisé et choqué, il avait 19 ans au moment des faits". Et l'accusé de conclure, "je présente mes excuses à la famille, je suis fautif, ce que j'ai fait c'est grave mais je n'ai jamais voulu ça". 

Les jurés sont ensuite sortis pour délibérer en fin de matinée et ont rendu leur décision en début d'après-midi. L'accusé a dix jours pour faire appel.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société