Bablyne Musenga après la marche blanche pour sa fille Naomi : “c'est le combat de tout le monde”

Les parents de Naomi Musenga, en tête de la marche blanche silencieuse / © Dominique GUTEKUNST/Maxppp
Les parents de Naomi Musenga, en tête de la marche blanche silencieuse / © Dominique GUTEKUNST/Maxppp

Un millier de personnes a défilé mercredi 16 mai dans les rues de Strasbourg pour un hommage à Naomi, cette jeune fille de 22 ans décédée quelques heures après avoir appelé le SAMU qui l'a éconduit. Un témoignage de solidarité dont avait besoin la famille Musenga pour continuer son combat.

Par Caroline Moreau

Tous les âges, toutes les catégories sociales, des proches de Naomi et de sa famille, des élus mais surtout beaucoup d'anonymes ont participé à la marche blanche silencieuse organisée par le collectif "justice pour Naomi". Au premier rang du cortège, les membres de la famille de la jeune femme, très émus par cet élan populaire de solidarité.

Bablyne Musenga, maman de Naomi : "cela a créé un espoir en moi"

"C'est essoufflant" de voir autant de monde témoigne Bablyne Musenga, la mère de Naomi, en descendant de la tribune à laquelle la famille s'est exprimée en fin de marche. "Un espoir s'est créé en moi" confie-t-elle, disant avoir ressenti le soutien des personnes venues se joindre au cortège. "Ca n'arrive pas qu'aux autres, et quand ça vous arrive, vous êtes contraint de percer des routes." Cette mobilisation, pour la mère de Naomi, est la preuve que "c'est le combat de tout le monde. Nous irons jusqu'au bout".


Déborah Musenga, soeur de Naomi : "on est entendu par le peuple"

Déborah Musenga, la soeur de Naomi, s'est dit "tellement soulagée" par cet élan de solidarité. "On va avoir une justice. On est entendu par le peuple. Il voit une chose trop lourde qu'on ne peut pas laisser comme ça".



Louange Musenga, soeur de Naomi : "ça touche tout le monde"

L'émotion était pregnante tout au long de la marche. Certaines personnes venues anonymement étaient en larmes, racontant pour certaines les histoires similaires qui leur était arrivée. "C'est hyper important, une force pour nous de voir tout ce monde" confie Louange Musenga, racontant sa surprise de voir dans le cortège des gens venus du Danemark et même de Belgique.






Sur le même sujet

Extrait "Paroles de flic, un passé stupéfiant" - Le prix de l'héroïne

Les + Lus