Le bandeau, la nouvelle alternative au casque pour cyclistes

Publié le Mis à jour le
Écrit par Valentin Pasquier .
durée de la vidéo: 01 min 38
Intervenants : Nicolas Bourdet, chercheur au laboratoire Icube ; Rémy Willinger, professeur en biodynamique au laboratoire Icube. ©France 3 Alsace

Le casque est devenu obligatoire pour les plus jeunes cyclistes il y a quelques mois. Souvent jugé trop encombrant ou inesthétique, il a désormais son alternative : le bandeau de protection, légèrement plus discret, mis au point par des Strasbourgeois.

Il ressemble au classique bandeau en éponge, mais vous ne l’utiliserez sans doute pas pour le jogging. Un peu plus massif, le bandeau de protection de tête est la nouvelle alternative au casque des cyclistes.



Commercialisé depuis novembre, ce bandeau flexible est la nouvelle protection crânienne des cyclistes. Une innovation qui interpelle certains Strasbourgeois, que ce soit pour son esthétisme ou pour son efficacité pour le dessus du crâne -ou vertex - non couvert par l’invention.



Peut-être peu esthétique mais efficace. De nombreux tests en laboratoire comme Icube, à Illkirch, ont été réalisés par des chercheurs strasbourgeois. Lors de ces tests, la tête du mannequin chute d'un mètre de haut à une vitesse de 16 km/h. Les dégâts sur le crâne sont minimes.



Un succès timide



Aujourd'hui, environ 20% des Français utiliseraient un casque pour leurs déplacements en vélo. Pour ces biomécaniciens strasbourgeois, ce bandeau permet au moins de protéger les zones les plus sensibles. « Aussi bien en accidentologie qu’en simulation, on constate que les points d’impact sont surtout au niveau frontal et temporal, très peu au niveau du vertex, » signale Rémy Willinger, directeur de recherche en biomécanique à l'Université de Strasbourg.



Si le bandeau de protection séduit aussi les skieurs et les surfeurs, son succès est encore timide. Vendu près de 50€ sur Internet, il ne s'en écoulé qu'un peu plus de mille exemplaires en six mois.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité