Basket-ball : Face à Pau, Strasbourg vise un troisième titre en Coupe de France

Publié le

Les joueurs de la SIG espèrent remporter une troisième Coupe de France de basket-ball ce samedi 23 avril, à Paris. Malheureux en championnat entre 2013 et 2017, les finales sur un match sec leur réussissent mieux. Les hommes de Lassi Tuovi doivent le prouver contre Pau-Orthez.

Quand on entend les mots "SIG" et "finale", les mauvais souvenirs des supporters strasbourgeois refont surface. À cinq reprises, les SIGmen se sont inclinés en finale de championnat entre 2013 et 2017. Mais ce samedi 23 avril, les Alsaciens ont toutes leurs chances en finale de Coupe de France contre Pau-Orthez.

Si les finales de championnat se décident sur plusieurs rencontres, celles de coupes se jouent en un match sec, à Paris, et réussissent mieux aux Alsaciens. Depuis 2013, Strasbourg en a remporté quatre sur cinq : deux en Coupe de France et deux en Leaders Cup, qui rassemble les huit premiers de la phase aller du championnat.

Il reste une dernière marche aux hommes du Finlandais Lassi Tuovi pour remporter une troisième Coupe de France. À Bercy, ils pourront conclure en beauté un parcours déjà remarquable. En huitième, quart et demi-finale, la SIG s'est imposé contre Dijon, finaliste de la dernière édition, Levallois, puis Monaco, les deux leaders de la saison régulière de Betclic Élite.

Un match de folie au tour précédent

La demi-finale contre Monaco, disputée fin mars, résonne encore dans toutes les têtes. Dominés par les Monégasques pendant une bonne moitié de la rencontre, les Strasbourgeois ont su remonter un retard de 17 points pour arracher la prolongation et finalement s'imposer 86 à 73.

Quatre ans après sa dernière victoire, la SIG retrouve donc les joueurs de Pau-Orthez, triple vainqueur de la Coupe de France dans les années 2000. Les Béarnais, tombeurs de Gravelines en demi-finale, voudront à tout prix se refaire, eux qui reste sur trois défaites de rang en championnat. 

Dynamique tout autre pour Strasbourg. Vainqueur de ses trois derniers matches de Betclic Elite, la SIG a fait le plein de confiance. La dernière victoire, contre le leader Levallois, a motivé les troupes : "Ce match nous donne de la confiance et du rythme, tout comme les matches en quart et en demi-finale", a réagi le pivot Yannis Morin.

La bilan récent reste à nuancer, car à côté de ces victoires en championnat, la SIG a été éliminée de la Ligue des Champions par les Israéliens de l'Hapoël Holon à la mi-avril.

C'est une équipe qu'on peut jouer les yeux dans les yeux

Yannis Morin

Pivot de la SIG (28 ans)

En Betclic Élite, Strasbourg et Pau-Orthez se sont affrontés à deux reprises. Bilan des courses, une victoire partout, chacune à domicile : "C'est une équipe qu'on peut jouer les yeux dans les yeux. On l'a montré, en les battant en championnat. Donc maintenant, à nous de redoubler d'effort, et de faire ce qu'il y a à faire", poursuit Yannis Morin. 

 

 

Le coach de la SIG Lassi Tuovi veut compter sur la continuité : "Je vais dire aux joueurs de profiter du moment, de ce jour. Il doivent jouer le basket qu'ils ont joué et qui nous a permis d'arriver en finale. On ne doit pas tenter quelque chose de fou ou je ne sais quoi. Nous devons rester qui nous sommes, faire de notre mieux, et faire parler nos qualités pour gagner ce match."

Pour ce match, les SIGmen pourront compter sur leur dernière recrue : le Français Amine Noua, prêté par Andorre le 11 avril. Auteur de 13 points contre Levallois en ne jouant que vingt minutes, il a parfaitement entamé son aventure strasbourgeoise.