Contraception gratuite jusqu'à 25 ans : "Ce n'est pas un soin de confort" martèle le professeur Israël Nisand

La contraception gratuite jusqu'à 25 ans pour toutes les femmes, c'est ce qu'a annoncé le ministre de la Santé Olivier Véran ce jeudi 9 septembre. Une nouvelle saluée par les plannings familiaux alsaciens et le professeur et gynécologue strasbourgeois Israël Nisand. Avec toutefois quelques bémols.
La contraception est désormais gratuite pour toutes les femmes jusqu'à 25 ans
La contraception est désormais gratuite pour toutes les femmes jusqu'à 25 ans © Annette Riedel / Picture-Alliance / MaxPPP

"Je le demande depuis 2012 suite à un rapport qui était sorti sur la contraception des Françaises, alors je ne vais pas râler, ce n'est pas un soin de confort !" s'amuse le professeur et gynécologue-obstétricien strasbourgeois Israël Nisand. Et c'est une bonne nouvelle en effet, du moins pour toutes les femmes jusqu'à 25 ans, puisque la contraception sera entièrement gratuite pour elles à compter du 1er janvier 2022, a annoncé ce jeudi 9 septembre Oliver Véran, le ministre de la Santé.

"Il y aura une prise en charge de la contraception hormonale, du bilan biologique, qui peut aller avec, de la contraception de prescription et de tous les soins qui sont liés à cette contraception jusqu'à l'âge de 25 ans", a précisé le ministre.

Jusqu'à présent et depuis 2012, la gratuité existait pour les jeunes filles jusqu'à 18 ans, or "certaines pilules sont pour l'heure peu ou pas remboursées, et dans un pays où l'IVG (interruption volontaire de grossesse) est gratuite mais la contraception chère, on marche sur la tête !", rappelle Israël Nisand.

Et cet éternel défenseur des femmes d'enfoncer le clou : "Je suis pour l'égalité de l'accès aux soins entre les hommes et les femmes, certains préservatifs sont remboursés parce que c'est un produit pour les hommes, ayons donc l'élégance de prendre en charge la contraception, s'il n'y avait pas d'hommes autour des femmes, il n'y aurait pas de besoin de contraception" ajoute-t-il, un brin sarcastique.

"Une excellente nouvelle !"

Une mesure pour encourager les femmes à la contraception, à une époque où certaines d'entre elles rejettent les méthodes médicales. "Il y a une certaine hormonophobie qui s'est installée, suite aux controverses sur les pilules de 3e génération notamment, et donc de plus en plus de femmes souhaitent des méthodes plus naturelles mais, hélas, moins efficaces. Il ne faut pas oublier qu'une IVG reste traumatisante", explique encore Israël Nisand.

"Et il existe une cinquantaine de pilules différentes adaptées à toutes les femmes", ajoute Monique Ringele, coordinatrice du planning familial du Haut-Rhin, basé à Mulhouse. Alors pour nous, c'est franchement une excellente nouvelle ! On connaît les difficultés de certaines femmes et notamment des étudiantes pour obtenir des moyens de contraception. Là, ça simplifie les démarches, je pense aux plus précaires."

Ce que confirme Louise Battisti, directrice du planning familial 67. "Ça va vraiment dans le bon sens, notamment pour les plus fragilisées, d'autant que la crise du covid n'a rien arrangé. Confinées, les femmes n'avaient plus d'accès aux infos ni à la contraception. Les inégalités se sont renforcées à tous les niveaux. Il est donc important qu'elles sachent que cette mesure existe, que c'est gratuit et que dans les centres de planification, leur anonymat est garanti."

Un bémol, tout de même, c'est la limite d'âge. "Il faudrait en effet que ces méthodes contraceptives soient accessibles à toutes les femmes, pas seulement jusqu'à 25 ans", reconnaît Israël Nisand. Et un autre du côté de Monique Ringele, qui réclame une bonne campagne de communication pour que cela soit su : "c'est bien beau les effets d'annonce, mais il faut que les femmes soient mises au courant." Parce que certaines d'entre elles ne sont pas informées du tout, ni sur la contraception, ni sur l'existence des centres de planification. Et comme le combat continue à tous les niveaux, une journée sur les violences sexistes et sexuelles ouverte aux professionnels est organisée le 14 septembre prochain à Mulhouse, en partenariat avec le planning familial 68.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société femmes