REPLAY VIDEO - Revivez la Strasbourgeoise : une vague rose dans les rues de Strasbourg contre le cancer du sein

La Strasbourgeoise 2019 / © Karine Gélébart
La Strasbourgeoise 2019 / © Karine Gélébart

Pour cette 10e édition de la Strasbourgeoise, 12 000 coureuses, marcheuses et marcheurs ont envahi le centre-ville de la capitale alsacienne ce dimanche 6 octobre. Une vague rose pour lutter contre le cancer du sein, dans une ambiance festive malgré le temps maussade. Revivez-cette course avec nous.

Par Cécile Poure

Ce dimanche 6 octobre a eu lieu à Strasbourg la 10e édition de la Strasbourgeoise. Pour rappel, la Strasbourgeoise est une course solidaire contre le cancer du sein dans le cadre de l'opération nationale Octobre rose. Revivez cette course grâce à notre émission spéciale.
 
 

12 000 participants en 2019, 100 000 depuis sa création

Comme chaque année, la course a suivi un parcours unique de 5 km au centre-ville de Strasbourg. Le départ a été donné à 9h30 place de l'Etoile pour la course  et 9h50 pour la marche. La course est uniquement réservée aux femmes, la marche, elle, est mixte.
 

Environ 12 000 coureuses, marcheuses et marcheurs y ont participé. Soit la jauge maximale. La barre symbolique des 100.000 participantes, cumulées depuis la création de la course, a été franchie.
 

Pour la bonne cause 

L'an dernier : 59 680 euros ont été versés à parts égales entre l'ADEMAS ( Association pour le dépistage des maladies du sein) et l'Institut de Cancérologie Strasbourg Europe. Cette année encore, 5 euros (sur les 12 euros de l'inscription) leur reviendront.

Ainsi, depuis sa création, en 2010, la Strasbourgeoise a permis de reverser plus de 344 000 euros à la lutte contre le cancer du sein.
 

Une marraine timide mais forte

Cette année, la marraine de la course est Marie-Louise Leleu : elle participera à la course, puis à la marche. Elle portait le dossard n°1. Elle était la première sur la ligne de départ. Maire-Louise a eu un cancer du sein en juin 2018 et a subi 16 chimiothérapies et une opération en décembre dernier. Le 4 janvier elle est officiellement en rémission.
 

Le sport a été pour elle une véritable thérapie pour se sentir mieux dans son corps et dans sa tête. Femme timide, si elle a accepté d'être marraine, c'est pour faire passer un message de prévention. Faites-vous dépister car les chiffres sont affolants : 50% des Françaises ne font pas de dépistage gratuit du cancer du sein auquel elles ont droit tous les deux ans.

En 2017, 12 000 femmes sont décédées du cancer du sein. Des chiffres en nette baisse grâce au dépistage et au développement de thérapies toujours plus efficaces. Actuellement, plus de 87 % des patientes sont en vie 5 ans après le diagnostic.


Se reconstruire après un cancer du sein

Dans le cadre d'Octobre rose, nous avions également tourné le portrait de ce tatoueur un peu particulier qui répare à la fois les corps et l'âme. De celles qui ont traversé justement l'épreuve du cancer du sein. Thierry Roussel est tatoueur à Sélestat. Depuis 20 ans, il aide les femmes qui ont subi une ablation du sein. Il peut redonner forme, couleur, aux mamelons enlevés, masquer des cicatrices. Il peut également les travailler artistiquement pour les embellir.

"Faire du beau" après la maladie, pour aider ces femmes à tourner la page. Portrait sensible de ce tatoueur réparateur.
 

 

Sur le même sujet

Les + Lus