Cet article date de plus de 4 ans

À Kehl, Pierre-Hugues Herbert rend visite à son ancienne école

Peu de temps avant d'attaquer la dernière phase de préparation d'avant-saison, le tennisman strasbourgeois Pierre-Hugues Herbert était en Alsace ce 13 décembre. Le n°2 mondial en double est venu rencontrer les élèves de l'école primaire allemande de Kehl, où il suivait une scolarité bilingue.
Pierre-Hugues Herbert a rendu visite à son ancienne école de Kehl, où fut scolarisé de ses 7 ans jusqu'au bac.
Pierre-Hugues Herbert a rendu visite à son ancienne école de Kehl, où fut scolarisé de ses 7 ans jusqu'au bac. © David Marcelin
« C’est plein de souvenirs qui remontent… Rien que de marcher dans la cour, de remarquer ce qui a changé par rapport à quand j’étais ici, ça donne le sourire aux lèvres. » Pierre-Hugues Herbert, tennisman et n°2 mondial en double était en visite à l’école bilingue de Kehl. Un établissement où il fut scolarisé de l’âge de 7 ans jusqu’au bac.

Il revient sur les lieux du crime pour raconter son parcours et sa passion, le tennis, à la centaine d'élèves face à lui. « Il voyage dans tout le monde. Il a eu le courage de prendre le temps de venir ici, pour nous, pour qu’on lui pose des questions, qu’on reçoive des autographes… Je trouve ça incroyable, » jubile Loïc, 9 ans, élève à la Falkenhausenschule.
durée de la vidéo: 01 min 49
À Kehl, Pierre-Hugues Herbert rend visite à son ancienne école ©France 3 Alsace

Ce passage dans cette école en Allemagne, avec des cours en français et en allemand, a été une étape déterminante dans la carrière de Pierre-Hugues Herbert. Sa scolarité à Kehl lui a permis d'être libre tous les après-midi et de pouvoir progresser dans sa discipline, raquette à la main.

« Ça m’a permis de suivre une scolarité normale, explique l’intéressé. Alors que la plupart des joueurs de tennis sont passés par des pôles France, où ils devaient s’exporter à Poitiers, aller dans des CREPS, être loin de la famille, j’ai finalement à trouver mon équilibre en Allemagne. »

Croire en ses rêves d'enfant

En plus de cette heure d'échange, l’Alsacien et vainqueur de Wimbledon en 2016 - associé avec l’Angevin Micolas Mahut - a voulu faire passer un message : celui de croire en ses rêves d’enfants. « C’était important qu’il nous visite et qu’il parle aux enfants. L’enfant a souvent des rêves, mais il faut y croire pour y arriver ! » explique la directrice de l'établissement, Imogen Remmert.

Pour ces élèves de la Falkenhausenschule, approcher l'un des meilleurs joueurs de tennis au monde devait sans doute être un moment unique. Pour Pierre-Hugues, c’est un bond de 15 ans en arrière.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tennis sport