Il avait de grands yeux clairs, parfois rieurs. Il aimait les traits d’humour et faisait preuve d’une générosité constante. Pierre Ledig est décédé à 61 ans, mardi 25 juin, des suites d’un accident de la circulation. Il se rendait au travail à vélo lorsqu’il a été victime d’un accident impliquant deux véhicules, entre la rue Geiler et l'allée de la Robertsau, à Strasbourg. Une enquête de police est en cours pour déterminer les circonstances exactes du drame.  
 
Pierre avait rejoint France 3 Alsace en poussant simplement la porte un jour de 1976. Des débuts en tant que machiniste avant de suivre une formation de monteur dans les années 80 et de s’illustrer dans le sport, notamment. Pendant des années, il rejoignait la télé très tôt les dimanches matins pour monter les sujets sportifs diffusés le week-end. Pierre aimait raconter des histoires en choisissant les plus belles images rapportées par les journalistes. Il s’agissait parfois de celles tournées par son frère Yves. Son neveu, Julien, est en train de suivre ses traces au même poste. Nous pensons aussi très fort à son épouse Virginie et à son fils Marius.

Peu bavard, pas vraiment du genre à parler pour ne rien dire, "Pierrot" était aussi profondément humain et attentionné. Quand il n’était pas derrière les écrans, Pierre aimait rendre service à ses collègues. "Nous trouvions régulièrement nos vélos réparés, huilés, nos pneus regonflés dans la cour de la station où il bricolait", raconte Karine. "Une fois, je me suis aperçue que j'avais une sonnette sur mon vélo. Quand j'ai croisé Pierre, il m'a dit : «alors, elle te plaît ta nouvelle sonnette?» Il ne m'avait rien dit. C'était lui ça", confie Claire.
 

Ce contenu n'est pas compatible AMP.

Pierre (au milieu sur la photo), sur son terrain de jeux. La cour de France 3 Alsace, où il aimait réparer les vélos Vincent Roy/France 3 Alsace

Adepte du deux-roues, en ce mois de juin, Pierre participait à la 10e édition du challenge Au boulot à vélo. Le collectif des 67 participants de France 3 lui a rendu hommage.


Le terrain de jeu de notre copain Pierrot

«Les arceaux du parking à vélo de France 3, c’était un peu le terrain de jeu de notre copain Pierre Ledig. L’endroit où il se promenait, pour une petite pause clope, entre deux montages de reportages. Une pause clope, ça laisse le temps de repérer un boulon à resserrer, une béquille défaillante, un siège enfant mal fixé. Alors, sans rien demander, Pierre intervenait. Deux pinces, une pompe, quelques clés : avec la trousse à outils qu’il gardait toujours dans sa salle de montage, il se chargeait d’effectuer les menues réparations, pour le plus grand plaisir des cyclistes qui souvent n’avaient même pas remarqué que quelque chose clochait sur leur deux-roues.» 

«Quand il ne pouvait pas réparer sur place, Pierrot attendait de croiser le propriétaire pour lui dire de lui laisser son vélo une soirée pour qu’il s’en charge chez lui. Parmi les rares salariés qui n’ont pas eu la surprise de retrouver leur monture rafistolée, seules deux catégories : les utilisateurs de Vélhop. "Je ne touche pas à ça, disait Pierrot, faut le rapporter à l’atelier", et ceux qui avaient une bicyclette flambant neuve : "Bon courage le jour où tu as un problème sur ton vélo, c’est impossible à réparer ces engins-là !" lançait-il, le sourire en coin.»
 

L’ange gardien de nos vélos

«Cette petite histoire, nous voulions la raconter à l’occasion d’un reportage. Nous avions prétexté le challenge pour filmer Pierrot alors qu’il jetait un œil expert au vélo de Thomas, anciennement vélo de Manue. C’était le 19 juin, quelques minutes après avoir fait la photo pour le challenge. Pierre s’était inscrit mais il n’avait pas enregistré ses kilomètres.»
 

Ce contenu n'est pas compatible AMP.


 «"J’ai perdu l’identifiant, le mot de passe…", prétextait-il. Car il n’avait pas besoin d’un défi pour se laisser convaincre. Pierre venait depuis toujours travailler à vélo. Depuis son entrée à FR3, en 1976! C’est comme ça qu’il est venu travailler ce tragique lundi 24 juin. Pierre est décédé alors qu’il était à vélo. Mais ce sont deux voitures qui l’ont percuté. Rappelant la vulnérabilité des cyclistes et l’urgence à prendre toutes les mesures pour les protéger. Les salariés de France 3 ont perdu leur vieux copain, et l’ange gardien de leur vélo.»
 
Une minute de silence saluera sa mémoire au rowing club de Strasbourg vendredi 28 juin à 18h30, à l’occasion de la "soirée de la dernière chance", le rallye inter-entreprises, organisé par le CADR67 et l’Eurométropole. Il n'y aura pas d'obsèques, conformément à ses volontés. Pierre, le collègue, l’ami, l’ange gardien va tant nous manquer.