Parlement Européen : vote d'une résolution et menace de sanctions contre la Hongrie

Le Parlement Européen active l'article 7 du traité de l'UE contre la Hongrie / © Jean-Marc Loos / MaxPPP
Le Parlement Européen active l'article 7 du traité de l'UE contre la Hongrie / © Jean-Marc Loos / MaxPPP

Cela couvait, c'est chose faite. Les eurodéputés ont voté très largement ce mercredi 12 septembre pour une résolution demandant au Conseil européen d'ouvrir une procédure de sanctions contre la Hongrie accusée de menacer les valeurs fondamentales de l'Union européenne.

Par Anne-Laure Herbet avec AFP

L'activation de l'article 7 du traité de l'Union européenne est considéré comme la procédure la plus radicale contre un pays bafouant les règles européennes. C'est pourtant bien ce qu'ont voté ce mercredi 12 septembre, et à une très large majorité (448 voix pour, 197 contre et 48 abstentions), les eurodéputés réunis au Parlement européen de Strasbourg.

Que reproche-t-on à la Hongrie?

Avec le vote de cette résolution, il s'agit de faire le constat officiel qu'il y a un risque réel de violations graves des valeurs européennes en Hongrie, notamment depuis l'adoption de réformes par le gouvernement du national-conservateur Viktor Orban, premier ministre en place depuis 2010. Il est reproché, entre autre, à la Hongrie de menacer la liberté des médias, l'indépendance de la justice et surtout le refus d'accepter le principe de solidarité européenne en matière migratoire.

Quelles sanctions?

Mais cette résolution n'est que l'étape préliminaire vers d'éventuelles sanctions. Il faut d'abord que les Etats membres l'approuvent par un vote aux quatre cinquièmes des membres du conseil. Ensuite, si la Hongrie ne réagit pas, le mécanisme de sanction pourra être enclenché, dont la possible suspension des droits de vote de la Hongrie, une décision qui n'a jamais été prise contre aucun pays membre depuis que l'Union européenne existe. Scénario improbable a priori puisque la Pologne, elle même visée par la phase préventive de l'article 4, a fait savoir qu'elle ferait obstacle à l'unanimité requise pour ouvrir la voie à des sanctions.

Réactions sur les réseaux sociaux

Les personnalités politiques françaises de réagir, diversement, à ce vote.
 
Une décision saluée par le gouvernement français et dénoncée, bien sûr par la Hongrie.

Sur le même sujet

Histoires 14-18 : Georges Boysen, le "brésilien"

Les + Lus