• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Que faire contre les mites alimentaires? Conseils d'un spécialiste qui vend “de la crotte et des pièges sexuels”

Les mites sont de retour / © Jean-Pierre BALFIN / Maxppp
Les mites sont de retour / © Jean-Pierre BALFIN / Maxppp

Avec la chaleur, elles sont de retour dans nos placards. Elles s'infiltrent partout dans les sachets de farine, de céréales, font leur nid tranquillement. Elles? Ce sont les mites alimentaires. Pour y mettre fin, on a rencontré le terminator des grouillants. Conseils.

Par Cécile Poure

Voilà que ça recommence, punaise. Je pensais pourtant avoir fait le nécessaire le mois dernier. Pour la dixième fois. Tout jeter, tout nettoyer et mettre des trucs collants dégueus sur mes portes de placard. Et bien non, raté. Elles sont de retour. Encore. Encore. Encore. Les mites alimentaires. La spirale de la pyrale. Ces petits papillons gris moches qui se servent dans mes céréales et de mes céréales... pour pondre. Après ça gigote, ça grignote et ça révolte.
 

Cette fois, c'est trop. Marre que mon muesli bio à 8 euros le paquet ne finisse à la poubelle. Marre que ces bestioles me brisent les noix. Je décide de faire appel à un spécialiste. Jean-François Feldmann, droguiste strasbourgeois, surnommé le terminator des grouillants. Là où il passe, les ailes ne repoussent plus. 
 
Jean-François Feldmann, non ce n'est pas un mythe / © CP
Jean-François Feldmann, non ce n'est pas un mythe / © CP
 

Fiche d'identité

Comme disait Sun Tzu " Si tu ne connais ni ton adversaire ni toi-même, à chaque bataille tu seras vaincu." Se connaît-on vraiment un jour? Là n'est pas la question aujourd'hui. Intéressons-nous plutôt à un être vil, à la psyché somme toute basique: la pyrale. 
 
Mites alimentaires / © Richard MOUILLAUD / Max PPP
Mites alimentaires / © Richard MOUILLAUD / Max PPP

À l'origine, les pyrales sont de petits papillons pas beaux qui vivent à l'état sauvage dans les arbres avec une prédilection pour le tilleul. A ne pas confondre avec leurs soeurs: les mites de vêtements ou teignes qui se nourissent de fibres textiles. Un tout petit aperçu de cette charmante famille de 250 espèces. Nos mites alimentaires, ce qu'elles affectionnent, ce sont les aliments secs. "Tout ce qui est bon, résume Jean-François Fedmann. Le chocolat, les pâtes, le riz, les noix, les amandes, les fruits ces en général, la farine..." Bref, toute votre épicerie y passe. Y passe vite.
 

Tout commence à l'automne: "Il commence à faire froid, il y a de la lumière, ça sent bon, c'est bourré de cachettes: il y a tout pour plaire chez nous. Elles s'y installent et font honneur." Un honneur dont on se passerait bien. Voilà donc notre mite qui entre dans le placard. Elle choisit un paquet de céréales, s'y installe et pond. Elle y mourra dans les trois semaines, n'ayant pas de système masticatoire: "Elle est programmée pour se reproduire et mourir."

C'est sa progéniture qui va faire des dégâts. 200 à 300 oeufs par mite qui deviendront au printemps des larves "blanches, longues avec des yeux noirs qui vous regardent" puis un mois plus tard des mites. Et ainsi de suite. Un cycle qui peut se répéter jusqu'à six fois par an...  L'horreur absolue l'été venu.
 
Soit dit en passant, le cycle peut être drastiquement raccourci. Il suffit pour cela de les introduire vous-mêmes dans le garde-manger. En achetant un paquet au préalable infesté d'oeufs invisibles à l'oeil nu. Bio, vous triplez vos chances. Et pour finir sur une dernière bonne nouvelle: "Les mites ont une prédilection pour Paris ou Strasbourg. Je ne sais pas pouquoi..."  Voilà. Si même le surnaturel s'y met.
 

Pas de quartier

"Chaque année, c'est la même chose, les gens se réveillent quand il commence à faire chaud et qu'elles ont envahi les intérieurs", s'agace notre spécialiste.

Non ce qu'il faut faire, c'est anticiper: "Au printemps, on fait un grand nettoyage, on vide les placards, on aspire, du sol au plafond. Ensuite, on pulvérise partout un produit à base de pyréthrinoïdes. La même molécule que celle produite par les fleurs de la famille de la chrysanthème, mais de synthèse. Moins chère et plus puissante. C'est simple: ça tue tous les animaux à sang froid. Si vous avez des serpents ou des poissons à côté tant pis pour eux."

C'est violent et pas très rassurant. Même si on a le sang chaud. "Non, non, le taux de concentration est extrêmement faible et jamais aucune étude n'a trouvé d'effet toxique chez les humains." 

Une fois que l'on a fait table rase: bien vérifier tous les contenants. Les oeufs sont minuscules mais, signe qui ne trompe pas, pendent en grappes à un fil type toile d'araignée. Dernière étape: poser un piège à phéromones "Moi je vends de tout: de la crotte et des pièges sexuels." Oui car il s'agit bien de cela: un piège sexuel. Une odeur irrésistible qui attirera fatalement les mâles et les scotchera sur place. Un mojo à mites.
 
Un Jackson Pollock à la cuisine, on en a tous rêvé, non? En plus, avec tout ça vous êtes tranquilles pour trois mois. Surtout renouvelez cette opération régulièrement et contrôlez vos paquets de denrées alimentaires. Mettez-les dans des bocaux. Jean-François nous donne sa dernière astuce: ne jamais laisser un bouquet de fleurs séchées à l'intérieur ni un paquet de noix. Les mites en raffolent tout particulièrement.

Pour plus de détails, allez donc faire un tour sur le blog de Jean-François Feldmann. Vous serez incollables et  les mites ne seront plus qu'un mythe.
 

Sur le même sujet

Charleville-Mézières : l'Institut international de la marionnette en difficultés financières

Les + Lus