Rétro 2017. Alain Fontanel et les réseaux sociaux : un vrai roman... photos

Publié le Mis à jour le
Écrit par Cécile Poure

Avec le Père Noël, les trolls, dans les airs, à vélo, en gilet pare-balle, en képi, sur une tondeuse, en 2017, le premier adjoint au maire de Strasbourg a mouillé la chemise. Et ça s'est vu, beaucoup, beaucoup, sur les réseaux sociaux.

Soyons honnêtes, ce qu’on vous propose aujourd’hui ce n’est pas vraiment du journalisme d’investigation. Quoique. Car, je peux vous assurer que farfouiller sur les pages Twitter et Facebook d’Alain Fontanel, ce n’est pas du gâteau mais de la spéléologie. 


Sur les réseaux sociaux, notre homme est omniprésent. Super productif. Un stakhanoviste du tweet. Un voir deux post par jour au bas mot avec au moins la petite photo qui va bien. Pas forcément de sa trombine, je tiens quand même à le préciser.

Les vacances ? Pas de souci, y a le WIFI.

Et donc pour moi aussi, je vous avoue, que c'était pas de tout repos. Je sais, je suis payée pour ça ok mais quand même.

Les photos, c’est justement ce qui nous intéresse aujourd’hui. Alain Fontanel a compris que dans la course à la mairie, être vu, être en vue, c’est crucial.  

"Les réseaux sociaux sont un outil de communication formidable. Ca permet  aux gens de voir le travail que je fais sur le terrain, au quotidien, souvent sous forme de clin d'oeil. De partager ces moments avec eux, et de les faire réagir aussi." Et pour être vu un max, vus les temps qui courent, je vous fais pas de dessin ...


Il faut créer le BUZZ. C’est tout.

via GIPHY


Pour faire le buzz, oubliez la com de papa, air compassé et balai dans les fesses, ou alors avec parcimonie.

La com de papi par contre peut, paradoxalement, être assez payante.


Non pour faire le buzz, le faire vraiment, ben faut entrer de plain pied dans le monde MODERNE. Celui de la génération en marche. Si vous avez Macron à un jet de chaussure, là, c'est carton plein.

La génération en marche ou à vélo ...


En marche, à vélo et même en parachute. Tous les moyens (de locomotion) sont bons.


Beau gosse et huile de coude



Rien ne l'arrête Alain. C'est le Mike Horn strasbourgeois.


Comme l'aventurier de l'extrême, c'est un loup solitaire. Il n'a pas de conseiller en communication, pas de nègre des réseaux sociaux. Non. Il fait tout tout seul. " Je fais mes photos, je fais mes commentaires, je ne triche pas. Je relis tous mes post, je les assume. C'est moi. Si c'est pas bien, c'est de ma faute. C'est tout".

Il faut dire qu’il part bien équipé : un Samsung et un physique agréable. Y a pas photo : il est pas mal. Il est même tout à fait charmant.

Et dans cette grande parade nuptiale qu'est la politique, incontestablement ça aide. Une gueule d'amuuuuuur.

Surtout quand il faut rester au moins stoïque, au mieux glamour. Dans des situations qui ne le sont pas vraiment.



Bref être le poulain de Roland Ries, être un enfant de la balle, hé ben c'est du sport quoi.


Il faut savoir jouer des coudes. Parfois même de la batte.


Et solliciter en permanence ses zygomatiques. Comme si la vie était toujours rose.


Savoir bien s'entourer


Un selfie bien réussi ne veut pas dire être toujours seul. Attention. Pour faire un bon selfie, il faut savoir bien s’entourer. Ca peut paraître antinomique mais c'est comme ça. 



Si possible de personnes célèbres. Enfin vraiment célèbres. Dominique Rocheteau, star stéphanoise du foot des 70', c'est pas mal mais ça ne parle pas à tout le monde. Pas à moi en tous cas.  


Et là, en dessous, c'est carrément le pied ( du sapin ).

Sens du cadre et de l'humour


Pour se mettre en scène ainsi, il ne faut pas avoir peur du ridicule. C'est vrai quoi. Il faut même avoir une bonne dose d'auto-dérision. En plus, la grosse tête ça peut être vite problématique pour les photos : ça rentre plus dans le cadre.

Ca aussi Alain Fontanel l'a bien compris. " Moi j'ai une pratique détendue des réseaux sociaux, j'ai du recul sur moi-même, sur mon image. C'est mon caractère, je suis comme ça".
Quitte à avoir parfois l'air d'un rigolo ? "Concernant la crédibilité politique, c'est toujours un risque pour certains. Mais je crois que cela donne une dimension humaine et de proximité à mon travail. A chacun de se faire son opinion".

A vous de trancher.

Pour ma part, j'ai hâte que la campagne des municipales commence, je sens que niveau photo on va être gâté.