Strasbourg accueille l'Industrie magnifique : du grand art dans la rue, du 3 au 13 juin 2021

« L'industrie magnifique » est une exposition d’art prévue pour juin 2021, dans toute l'Eurométropole de Strasbourg. Des œuvres de grande taille créées par des artistes seront installées, à ciel ouvert, dans les rues et sur les places. Rencontre avec les acteurs de cette exposition.

L'industrie locale, revisitée par des artistes, sera exposée du 3 au 13 juin dans l'Eurométropole de Strasbourg
L'industrie locale, revisitée par des artistes, sera exposée du 3 au 13 juin dans l'Eurométropole de Strasbourg © Valérie Ruiz Suri /France télévisions

« L'industrie magnifique » est une grande exposition d’art prévue dans l’espace public de l'Eurométropole de Strasbourg, du 3 au 13 juin 2021 (on croise les doigts). Des œuvres de taille "magnifique", créées spécialement par une trentaine d’artistes locaux et internationaux, seront installées à ciel ouvert dans les rues et sur les places à l'occasion de sa deuxième édition. 

La première édition en 2018 avait rassemblé 300.000 spectateurs sur dix jours, un succès qui a donné envie à tous de renouveller la manifestation. Des artistes, des entreprises et des collectivités : voilà les trois piliers de cette opération d’envergure. En cette mi-février, certaines oeuvres sont encore en cours de construction, d'autres quasiment finies. Parmi les artistes qui exposeront, Daniel Depoutot, inventeur et constructeur d’engins animés et fabuleux, depuis des décennies.

Daniel Depoutot en pleine création de son oeuvre intitulée "Eros et tétanos", pour l'exposition "l'Industrie magnifique"
Daniel Depoutot en pleine création de son oeuvre intitulée "Eros et tétanos", pour l'exposition "l'Industrie magnifique" © Catherine Munsch / France télévisions

Pour cette exposition, il construit une œuvre immobile, pour laquelle il a soudé des quantités de chutes et plaques de métal, récupérées chez un de ses sponsors. Derrière son casque de soudeur, perché à sept mètres de haut, son seul fil de vie est le câble de son fer à souder...Sa structure sera haute, mais légère comme un bateau qui vogue sur les océans. "J’ai l’impression d’être comme sur une proue de bateau et je pense à Tabarly" lance l'artiste depuis les airs. Sa structure en fer s’appellera « Eros et tétanos » (on ne se demande pas pourquoi) et sera installée devant le Palais de justice à Strasbourg.

Daniel Depoutot est un inventif hors pair et l’idée de participer à cette grande exposition d’art lui a plu immédiatement. « Dès que j’ai eu vent de cet événement, j’ai voulu en être. J’ai couru voir Joël Voltz de l’Adecmétal, mon premier mécène, pour lui en parler. Et heureusement deux autres mécènes, Acte 5 et Sigma-solutions-modulaires, se sont joints à nous pour participer à cette aventure.» Car si Depoutot est un artiste à mille pour cent, il sait une chose fondamentale : "Tous les grands créateurs ont besoin d’un mécène. L’artiste ne vit pas seulement d’amour et d’eau fraîche. Molière a besoin Louis XIV et Monet a besoin de Clémenceau pour pouvoir donner toute leur mesure."

 

Autre artiste, autre lieu. Patrick Bastardoz est peintre, bien connu pour ses cathédrales et ses tours de Babel. Cette fois, il travaille à nouveau à une sorte de tour, mais il a laissé ses pinceaux pour travailler la brique. Son mécène à lui est une entreprise qui fabrique des briques et des tuiles depuis deux cents ans. Le site sur lequel l'artiste a construit son oeuvre se trouve à Achenheim dans le Bas-Rhin. A l'origine, il ne connaissait rien à la brique. Il a d'abord dû visiter l'usine de son mécène, Wienerberger, se faire expliquer le processus de fabrication, découvrir les outils pour transformer la brique.

Les briques sortent du four où elles ont été cuites à 900 degrés
Les briques sortent du four où elles ont été cuites à 900 degrés © Catherine Munsch /France télévisions

 "En découpant la brique on découvre des formes." raconte l'artiste "On m'a fourni une tronçonneuse spéciale et je me suis rendu compte qu'en coupant les briques, on trouvait des formes à l'intérieur. Il a fallu que je réussisse à m'approprier cette matière, dure au départ, pour la rendre malléable. Ces petites alvéoles, ses formes arrondies, tous les détails assemblés ont donné ce résultat."

L'artiste peintre Patrick Bastardoz a revisité la brique pour créer son oeuvre "Terre de ciel"
L'artiste peintre Patrick Bastardoz a revisité la brique pour créer son oeuvre "Terre de ciel" © Catherine Munsch / France télévisions

Pour l'heure, la tour est encore en trois parties, mais une fois assemblée, elle s'élèvera sur sept mètres de haut et tout le monde pourra la voir place Broglie. Cette exposition présentera les oeuvres d'une trentaine d'artistes locaux et internationaux, mais c'est aussi une formidable vitrine pour les entreprises qui financent leurs créations. "L'idée à l'origine est née de différents besoins" explique le président de "l'Industrie magnifique" Jean Hansmaennel. "C'est une réponse à la préoccupation des élus pour faire rayonner leur territoire, animer une ville, pour les artistes d'être exposés et pour les industriels de faire connaitre leur savoir-faire au grand public."

Le directeur de la briqueterie, Frédéric Didier, le dit sans détour : "L'art est pour nous un moyen de présenter notre industrie autrement, de mettre le travail de nos ouvriers à l'honneur et de rappeler à tous que nous sommes implantés localement. L'exposition est une excellente vitrine, c'est aussi un échange avec l'artiste. Détourner l'usage initiale de la brique a d'ailleurs une dimension magique." Les acteurs de "l'Industrie magnifique" ont bien compris qu'en s'associant, ils se rendent tous plus visibles. Parfois même, le grand public va découvrir des industries, des artistes et des lieux dans l'Eurométropole, dont il ignorait tout.

La brique revue et transcendée par Patrick Bastardoz
La brique revue et transcendée par Patrick Bastardoz © Catherine Munsch / France télévisions

Car "L'Industrie magnifique " a ceci de particulier, qu'elle expose des oeuvres à ciel ouvert, sur les places publiques. L'art et l'industrie seront ainsi à portée de regard, gratuitement, accessibles à tous. Sans obligation d'entrer dans un musée ou dans une galerie.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture art industrie économie expositions événements sorties et loisirs