• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

À Strasbourg, le très controversé CETA adopté ce mercredi par les eurodéputés

Une manifestation anti-CETA a aussi lieu devant le Parlement à Strasbourg ce mercredi 15 février / © PATRICK SEEGER/EPA/MaxPPP
Une manifestation anti-CETA a aussi lieu devant le Parlement à Strasbourg ce mercredi 15 février / © PATRICK SEEGER/EPA/MaxPPP

Alors que Justin Trudeau, le Premier ministre canadien, est attendu à Strasbourg jeudi, le Parlement européen a adopté ce mercredi le CETA, l’accord de libre-échange entre l’UE et le Canada.

Par France 3 Alsace (avec AFP)

Adopté à 408 voix pour et 253 contre par les eurodéputés, une grande partie du CETA entrera en application provisoire, a priori dès le mois d'avril, le temps d'être ratifié par l'ensemble des Parlements nationaux et régionaux de l'UE, ce qui prendra des années. Le vote est intervenu ce mercredi midi après trois heures de débat en présence de la commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmström. Plusieurs centaines d'opposants au traité, issus d'ONG ou de partis de gauche, avaient manifesté devant le Parlement. 

Le CETA adopté par les eurodéputés

Le point le plus sensible portait sur la possibilité donnée à une multinationale investissant à l'étranger de porter plainte contre un Etat qui adopterait une politique publique contraire à ses intérêts, afin de demander réparation. Un mécanisme qui avait permis à Philip Morris d'attaquer l'Uruguay pour sa politique anti-tabac ou au géant minier Oceanagold de poursuivre le Salvador pour lui avoir refusé un permis d'exploitation pour raisons environnementales. "Nous ne pactisons pas avec le diable. Nous parlons du Canada, l'un des pays les plus démocratiques du monde!", avait-elle plaidé face à la contestation.

Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, a prévu de s'exprimer dans l'hémicycle jeudi, au lendemain de ce vote. Et notre émission "Dimanche en politique" sera consacrée à l'actualité européenne de la semaine.

Extrait de son discours

Extrait du discours de Justin Trudeau, le premier ministre canadien, au Parlement européen

Une manifestation anti-Ceta est également organisée place Kléber à Strasbourg / © Arnaud Rapp / France 3 Alsace
Une manifestation anti-Ceta est également organisée place Kléber à Strasbourg / © Arnaud Rapp / France 3 Alsace

Le texte supprimera 99% des droits de douane. Mais il prône également la coopération en matière sociale, sanitaire et environnementale. Le CETA est "la réponse de l'Europe et du Canada à la politique de Donald Trump", "un modèle pour l'avenir, fondé sur la coopération, les valeurs et les standards communs", avait ainsi affirmé mardi l'Allemand Manfred Weber, président du groupe du Parti populaire européen (PPE, droite), le plus important du Parlement.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview du doyen de la faculté des sciences de Nancy

Les + Lus