Strasbourg : le maire Roland Ries signe une tribune pour réclamer à LREM “un pôle de gauche”

Roland Ries au côté d'Emmanuel Macron lors de sa visite à Strasbourg le 1er octobre 2019. / © Jean-Marc Loos, MaxPPP
Roland Ries au côté d'Emmanuel Macron lors de sa visite à Strasbourg le 1er octobre 2019. / © Jean-Marc Loos, MaxPPP

Une tribune a été publiée dans le Journal du Dimanche, ce dimanche 20 octobre, pour demander un "pôle de gauche indépendant de LREM au sein de la majorité présidentielle". Le maire de Strasbourg, Roland Ries (PS), fait partie des 76 signataires de la tribune.

Par Vincent Ballester

"Notre projet, c’est de créer un pôle de gauche indépendant de LREM au sein de la majorité présidentielle" : voilà l'objet d'une tribune dans le Journal du Dimanche, publiée ce dimanche 20 octobre 2019. Parmi les 76 signataires, on retrouve le maire de Strasbourg, Roland Ries (PS). 

Les élu(e)s qui ont signé la tribune, issu(e)s pour beaucoup du Parti socialiste, mentionnent avoir "assisté de l'intérieur à l'implosion" du PS et reconnaissent avoir soutenu Emmanuel Macron. Leur souhait, c'est "la réussite des ­réformes et de ce quinquennat. [...] Nous sommes convaincus qu’il faut élargir la majorité présidentielle, la rendre plus ­pluraliste et y faire entendre fortement une voix sociale et républicaine."
 

Deux anciens membres du PS plébiscités 

Ce "pôle de gauche" distinct de La République en marche (LREM) graviterait autour de Jean-Yves Le Drian (ex-ministre de la Défense PS de François Hollande, actuel ministre des Affaires étrangères). Un deuxième nom pour diriger ce "pôle" est cité : Olivier Dussopt (ex-député PS, actuel secrétaire d'État auprès du ministre du Budget... après avoir refusé de soutenir le gouvernement d'Edouard Philippe et de voter pour son budget).

La tribune mentionne également qu'il faut "revaloriser ­l’éducation et la culture" et la nécessité d'"un usage reconsidéré de la force publique lorsqu’elle est nécessaire". Elle a été diversement accueillie chez les militant(e)s, les élu(e)s, et les analystes politiques (voir les tweets ci-dessous).
 

Sur le même sujet

Le dépannage de la voiture de gendarmerie

Les + Lus