Strasbourg: on a testé le premier concert post-confinement, masqués et espacés, à La Laiterie

Depuis l'amorce de la seconde phase du plan de déconfinement, La Laiterie de Strasbourg est l’une des premières salles de concert française à avoir rebranché le son. Vendredi 4 juin 2020, elle a proposé un concert dans des conditions sanitaires strictes. France 3 Alsace y était.
 

60 personnes ont assisté à l'un des premiers concerts post-confinement à La Laiterie de Strasbourg, vendredi 4 juin 2020.
60 personnes ont assisté à l'un des premiers concerts post-confinement à La Laiterie de Strasbourg, vendredi 4 juin 2020. © Marie Coulon

"Et je...rebranche le son". Après presque trois mois plongée dans le silence total pour cause de confinement, du jamais vu en 26 ans d’existence, La Laiterie de Strasbourg a fait le grand saut hier vendredi 4 juin 2020.

L’emblématique salle de concert de la capitale alsacienne est l’une des premières de l’Hexagone, depuis le feu vert donné par le gouvernement à la reprise d’activité de certains lieux culturels le 2 juin dernier, à avoir rouvert ses portes, de manière partielle et sous respect de mesures sanitaires strictes.

Vendredi 4 juin 2020, sur une idée originale du groupe "made in Alsace" Lyre le Temps, elle a convié une soixantaine d’invités, journalistes et élus locaux notamment, à un concert (très) spécial. Une sorte de répétition générale avant deux autres rendez-vous ouverts au public ce samedi 5 juin. "Une opération coup-de-poing montée en quelques jours, pour retrouver ensemble quelque chose de notre raison d’être commune !", peut-on lire sur son site internet.

 

"Il fallait oser, ils l'ont fait"

 

En ce premier grand soir post-confinement, Thierry Danet, le directeur, n’est pas à l’aise et concède : "C’est un moment d’émotions contradictoires pour nous. D’un côté on rebranche la Laiterie mais d’un autre côté, dans cet endroit de liberté et de fluidité, on impose à tout le monde de porter des masques, on indique aux gens à quelle distance ils doivent se tenir les uns des autres. Ce qui n’est absolument pas la nature des concerts".

On l’aura compris, pour profiter et se vider la tête, il va falloir oublier l’ambiance surchauffée et conviviale qui caractérise d'ordinaire cette institution. A l’intérieur de la grande salle, des croix rouges indiquent aux spectateurs où poser leur déhanché. 2 mètres entre chaque marque au sol, 4m2 d’espace individuel. Une réorganisation pour un public restreint, pas plus de 60 personnes dans une jauge qui dépasse habituellement les 800. Avec, en prime, port du masque obligatoire.

Des croix rouges ont été posées sur le sol de la grande salle pour faire respecter les mesures de distanciation.
Des croix rouges ont été posées sur le sol de la grande salle pour faire respecter les mesures de distanciation. © Marie Coulon

Une initiative inédite qui a de quoi surprendre sans toutefois rebuter les premiers arrivés. "Ce que j’aime ici c’est quand y a du monde, là ça va être bizarre. Maintenant, je suis super content d’être là, que ça reprenne. Il fallait oser. Ils l’ont fait", témoigne un jeune  homme. "On sera moins nombreux à mettre l’ambiance donc va falloir être beaucoup plus motivés", reprend un autre.

Question motivation justement…la partie est loin d’être gagnée. Dès les premiers morceaux électro-swing et malgré les efforts de Ludo, alias Rym, chanteur charismatique et survolté de la formation, les corps masqués ont bien du mal à se désinhiber. Et ce n’est pas la présence de la horde de journalistes venue capter ce moment inimaginable avant la crise sanitaire qui aidera au "lâcher prise". "Ce n’est pas nécessaire d’avoir 4m2, quand vous êtes en terrasse ou dans le train vous n’avez pas 4m2", peste un spectateur, en saluant "l’exemple" montré par La Laiterie, alors "qu'il faut de la vie" en ces temps bouleversés.

L’important n’est-il pas là justement ? "On a voulu donner un signe de vie. C’est important de comprendre que ce n’est pas la reprise des concerts et de l’activité culturelle. Economiquement, fonctionner comme ça n’est pas viable", insiste Thierry Danet.

© Marie Coulon

Alors que 75% des recettes sont directement apportées par les spectateurs, "Chacun comprendra que cette équation est violemment mise à mal par les circonstances actuelles. Le climat reste donc extrêmement lourd au-dessus de La Laiterie pour la saison qui vient".

Cette amorce de reprise se veut donc symbolique dans un climat d’incertitudes pour les acteurs de la culture. Les deux prochains concerts "uniques"de Lyre le Temps se joueront à guichets fermés à 16h30 et 19h30 mais seront retransmis en streaming sur la page Facebook du groupe, notamment.

Samedi à la laiterie de Strasbourg et partout dans le monde sur Facebook, Instagram et YouTube. Invitez vos amis et vivez ce moment avec nous depuis votre salon. 😋

Publiée par Lyre Le Temps sur Vendredi 5 juin 2020

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
concerts culture musique déconfinement société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter