• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Histoires 14-18 : La Lordonbahn, le “tacot allemand”

La Lordonbahn / © Collection privée Richard Oster
La Lordonbahn / © Collection privée Richard Oster

La Lordonbahn, c'est le nom du train construit par les Allemands dans une vallée alsacienne.

Par

La Lordonbahn, le "tacot allemand", comme l'appelait les habitants du coin, circulait dans le Val de Villé pour réapprovisionner le front à l'aller, et au retour ramener les soldats blessés. Ce réseau de 42 kilomètres de rails a été construit par des soldats du génie allemand avec les bras de prisonniers russes.

Histoires 14-18 : La Lordonbahn, le tacot allemand
Source archives : - Collection privée R.Oster - Collection privée J.C Fombaron - Pathé Gaumont  - France 3 - A. de Chalendar
Texte de Richard Oster :

Avec l’extension puis la stabilisation du front, début 1915, une impressionnante quantité de ravitaillement et de matériel, souvent très encombrants devait être transbahutés.
A cette période, les routes étaient étroites et leur revêtement de caillasses ne résistait pas aux lourds convois hippomobiles qui, avec leurs roues cerclées de fer, défonçaient rapidement les chaussées.
Ces convois très lents, ne pouvaient transporter que peu de matériel à la fois, d’un poids limité surtout en montagne. Quant aux camions, ils étaient lents et peu fiables.

Les chevaux et mulets à proximité du front, soulevaient des problèmes épineux. Les abris nécessaires aux bêtes faisaient particulièrement défaut, leur approvisionnement en nourriture n’était pas facile et un nombreux personnel était indispensable à leurs soins. Beaucoup d’animaux, vaincus par les efforts qu’on leur demandait, mal soignés et mal nourris, ne résistèrent pas et crevèrent.
En conséquence, on se mit à construire des deux côtés du front, des lignes de chemin de fer à voie étroite (0,60) susceptibles d’amener le matériel et les hommes à proximité des lieux de combats.

Transporter le même tonnage en charrette ou camion eût été à l’époque complétement impossible. Le tacot : « la Lordonbahn » vit le jour.
Le but des Allemands était de fortifier les Vosges, afin d’y fixer l’Armée française avec un minimum d’hommes. 


Le plan de situation

 / © Collection privée Richard Oster
/ © Collection privée Richard Oster
Contact : Assocation "Guerre en Vosges"
Le Centre d'interprétation de la Menelle 1914-1918
03.29.41.72.63
www.guerre-en-vosges.com

Sur le même sujet

Restauration intérieure de la Villa Majorelle à Nancy

Les + Lus