• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Mobilisation des gilets jaunes en Champagne-Ardenne : ils étaient encore plusieurs centaines dans la rue

© France 3 Champagne-Ardenne
© France 3 Champagne-Ardenne

Ce sont des femmes, des hommes qui pour beaucoup se mobilisent depuis le début du mouvement. Leurs gilets jaunes leur collent à la peau. C'est même, pour certains, devenu leur raison de vivre.
 

Par Isabelle Forboteaux

Ce samedi 12 janvier 2019, comme au premier jour, ils étaient là. Quelques dizaines de gilets jaunes à Troyes, à Epernay, un peu plus à Reims entre 250 et 300 personnes, 500 à Saint-Dizier et au moins 800 à Charleville-Mézières.
 
© France 3 Champagne-Ardenne
© France 3 Champagne-Ardenne


 

"Revalorisation des retraites", "stop à la désinformation", "retour de l'ISF", "stop à la délocalisation des entreprises", "stop à l'évasion fiscale" : ce sont une partie des 12 revendications attachées aux grilles de la sous-préfecture de Haute-Marne.

A Saint-Dizier, plusieurs bus ont véhiculé les gilets jaunes de l'Aube venus former les rangs de cette manifestation. Aube, Haute-Marne unis pour tenter une nouvelle fois de se faire entendre. Les discours sont clairs, précis dans les revendications. Mais on sent aussi la colère qui monte de plus en plus. Ce sentiment de n'être pas compris.

Beaucoup demandent la mise en place du RIC, ce fameux referendum d'initiative citoyenne.
Pas sûr du tout que le grand débat national, qui s'annonce, leur suffise.
 
© France 3 Champagne-Ardenne
© France 3 Champagne-Ardenne


Un grondement toujours aussi fort dans les Ardennes. A Charleville-Mézières ils étaient entre 1000 et 1500 à manifester.
En tête de cortège, certains arboraient le bonnet phrygien, cette coiffe rouge à la cocarde bleu-blanc-rouge portée notamment lors de la révolution française. Symbole de liberté et de civisme, elle évoque aussi la république française.

Les gilets jaunes ont, de la place ducale à celle des Droits de l'Homme, montrer encore une fois leur besoin d'exprimer leur colère. "La liberté ne se demande pas, elle se prend. Nous voulons nous-mêmes instituer notre puissance politique. RIC en toutes matières."

Partout les mêmes revendications fortes. Partout l'envie, le besoin même, de continuer.
Toutes les manifestations se sont déroulées dans le calme. Quelques tensions se sont faites sentir mais sans débordement.

Les Gilets Jaunes ne désarment pas. Pour eux, il est même juste impensable de s'arrêter là, après tant de semaines d'actions.

 
Mobilisation des gilets jaunes en Champagne-Ardenne, 12 janvier 2019

 

Sur le même sujet

Cette vidéo est indisponible pour le moment.

Bande-annonce : Ensemble, c'est mieux !

Les + Lus