#ONVOUSREPOND : Coronavirus, confinement, posez-nous vos questions

C’est devenu le sujet de conversation numéro 1. Covid, confinement, tests. Face aux flots de questions, nous avons choisi de vous aider à démêler le vrai du faux, avec notre rubrique #Onvousrépond. Sur les répercussions du virus en Champagne-Ardenne. Nos réponses dans le 19/20. 

Dépistage, port du masque, ouverture de commerce, test, vaccin, les questions autour du Covid-19 et ses conséquences dans notre quotidien sont nombreuses.
Dépistage, port du masque, ouverture de commerce, test, vaccin, les questions autour du Covid-19 et ses conséquences dans notre quotidien sont nombreuses. © Arnaud Journois, MaxPPP
Le premier confinement nous a pris par surprise, sidéré. Les chiffres, régulièrement, sont venus nous cueillir avec cette épée de Damoclès au-dessus de nos têtes. Et si le virus me touchait, ou ma famille, mes amis ? Et s’il s’infiltrait sur mon lieu de travail. C’est arrivé, les mots "cluster, gestes barrières, taux d’incidence, asymptomatique", sont devenus communs dans notre bouche. Qui l’eut cru, on s’y est presque habitué. Le masque, le gel, les relations sociales en baisse. L’année 2020 gâchée par une pandémie qui colle à la peau comme un chewing-gum. Et puis ce nouveau confinement, sans applaudissement, sans apéro sur skype, sans chanson au balcon. La fatigue, le ras-le-bol, la peine face aux commerces qui ferment, et à ceux qui perdent leur emploi. 

Sont alors arrivées les rumeurs, face à l’exaspération, la colère de devoir être à nouveau confiné. On entend ici ou là des bruits de fond. Et si c’était du n’importe quoi ? Ce virus aurait-il un sens ? La rumeur, le complot qui pointe sur le fil de nos réseaux sociaux. Un film, un Hold Up qui dérange. Des voix qui émergent, et des questions. Face aux rumeurs, le meilleur remède étant les faits, nous avons choisi de répondre à vos questions sur le confinement, et la situation sanitaire sur les cas réels dans la région Champagne-Ardenne. Où en est-on, que peut on faire et ne pas faire, quelle est vraiment la situation ? Est ce vraiment grave, la situation s’arrange-t-elle, et pourquoi ?
 

Vos questions via un formulaire

Il suffit pour cela de remplir le questionnaire ci-dessous, dont les données resteront anonymes, et de poser vos questions, précises, locales, et sur ce thème. Nous y répondrons chaque semaine, lors d’une chronique dans le 19/20 de France 3 Champagne-Ardenne, et dans cet article. En vous disant comment nous avons fait pour y répondre. Car une information est le fruit d’un travail journalistique, elle est tout sauf une rumeur. Elle se vérifie, se confronte. C’est tout notre modeste ambition, en cette période ou même le père Noël ne sait toujours pas, en cette mi novembre, à quelle sauce il va être mangé.
 
On sent que le confinement se fait long, beaucoup de téléspectateurs ont envie de prendre un peu l’air. C’est notamment le cas de Lysiane, qui habite à Reims. Elle demande si elle a le droit de marcher sur la coulée verte pendant ce confinement. 
Pour les non-Rémois, la coulée verte c’est cette promenade qui court le long du canal à Reims et ses alentours. Oui, vous pouvez y accéder, mais seulement si vous habitez à moins d’1 km de là. Il faut donc remplir cette fameuse attestation et de cocher la 6e case, c’est celle qui correspond aux déplacements brefs. Mais attention à ne pas oublier cette attestation, sinon c’est 135 euros d’amende.
 
Qu’en est-il des personnes qui travaillent à l’extérieur, comme les photographes par exemple ?

(source culture.gouv.fr)
Stéphane de Châlons-en-Champagne est photographe et il se demande s’il peut sortir faire des photos de paysage. 
Oui, c’est possible, mais attention : vous devez fournir plusieurs documents. En premier lieu, l’attestation avec cette fois la première case de cochée : c’est celle du déplacement entre le domicile et le lieu d’exercice de l’activité professionnelle…
Vous devez aussi fournir :
-         soit un numéro SIRET ou URSSAF
-         soit un justificatif d’une maison d’artistes
-         soit un bon de commande ou un devis

Monique de Tinqueux demande si elle peut accéder à son jardin, à 3km de chez elle. (source : préfecture de la Marne) Tout dépend de ce que vous voulez faire dans votre jardin. La préfecture de la Marne indique que vous pouvez vous y rendre si vous avez des légumes à cultiver par exemple. Dans ce cas-là il vous suffit de cocher la case « achats de première nécessité » sur l’attestation. En revanche, pas de dérogation possible si vous souhaitez seulement vous reposer dans votre jardin.

Une question qui va beaucoup intéresser les ardennais, frontaliers de la Belgique. (Source préfecture des Ardennes) Nicolas habite à Warcq, près de Charleville-Mézières et il nous demande s’il peut aller chercher du tabac en Belgique.
 
Nicolas vous avez le droit. Les frontaliers peuvent se rendre dans les commerces en Belgique pour les achats de 1ère nécessité. Ça concerne aussi les achats chez le boucher par exemple. Une condition : que ces commerces soient les plus proches du domicile. Pensez à vous munir de l’attestation dérogatoire de déplacement. Et en plus vous devrez montrer un justificatif de domicile. Là où ça se complique un peu, c’est qu’en Belgique, les tabacs ne sont pas considérés comme « essentiels », ils ne sont pas ouverts. Ils ne proposent que du drive ou du click and collect. Mais ça reste possible.
 
On reste dans les achats. Mais cette fois dans le domaine de la santé. Peut- on se rendre chez son opticien s’il est situé à 20km de chez soi ?
 
C’est possible. Les opticiens sont ouverts. Vous pouvez donc vous y rendre et acheter vos lunettes. Là aussi avec cette fameuse attestation. Munissez-vous aussi de votre ordonnance ou de tout autre document qui justifie votre déplacement.  
 
Toute autre question maintenant. Elle concerne les réunions de travail.
 
Patrick est aubois et il se demande si son employeur peut l’obliger à assister à une réunion pendant toute une journée. (Source Dirrecte) Les réunions en audio ou en visio conférence doivent constituer la règle. Les réunions en présentiel, l’exception. Mais si l’employeur estime que la réunion ne peut pas se faire à distance. Il devra organiser la réunion de manière à respecter le protocole sanitaire : distanciation entre les salariés, port du masque et gel hydroalcoolique à disposition des participants. Si toutes ces règles sont appliquées : votre employeur peut exiger votre présence. En cas de refus, le salarié s’expose à des sanctions.
 
Et pour finir, Daniel de Saint-Jean de Boneval. Il va tous les jours à la même heure, au même endroit, pour couper son bois. Il voudrait savoir s’il peut garder la même attestation toute la semaine. (source ministère de l’Intérieur)
 
Non. La règle, c’est une attestation par déplacement. Sauf s’il s’agit d’un professionnel. Dans ce cas-là, Daniel, votre attestation professionnelle suffit. Et elle est en général valable plusieurs jours.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société confinement