• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Devoir de mémoire: l’historial du Hartmannswillerkopf accueille son 100.000ème visiteur

Vendredi 16 août 2019, l'historial du Hartmannswillerkopf accueille son 100.000ème visiteur / © Thierry GACHON/MAXPPP/France 3 Alsace
Vendredi 16 août 2019, l'historial du Hartmannswillerkopf accueille son 100.000ème visiteur / © Thierry GACHON/MAXPPP/France 3 Alsace

L’historial franco-allemand de la Grande Guerre accueille ce vendredi 16 Août son cent-millième visiteur. Un record de fréquentation attendu pour le lieu de mémoire inauguré il y a deux ans. On vous explique les raisons du succès.
 

Par M.C

C’est un chiffre synonyme de victoire pour le Hartmannswillerkopf. L’historial du site, inauguré en grande pompe en novembre 2017 par Emmanuel Macron et son homologue allemand Frank-Walter Steinmeier, accueille vendredi 16 août 2019 son 100.000ème visiteur.   
 

"C’est un plaisir et une satisfaction. On est dans les objectifs fixés. Mais ce n'était pas gagné d'avance. Quand on ouvre un tel équipement, il faut pouvoir répondre à l’attente de tous les publics" réagit Jean Klinkert, Président du comité du monument national du Hartmannswillerkopf.

Franco-allemand, l'historial raconte à deux voix l’une des batailles les plus meurtrières de la Grande Guerre, dont les ravages marquent encore le paysage et qui a coûté la vie à 7.000 soldats français et allemands entre 1914 à 1918.
 


L’une des premières réactions des visiteurs est de nous dire merci pour notre travail de transmission et merci d’entretenir la mémoire de nos morts
- Jean Klinkert, Président du comité du monument national du Hartmannswillerkopf -

Un édifice unique en son genre, dans un bâtiment de 1000 m2 fait de bois et de béton qui a totalisé 48.500 entrées l’année dernière. Depuis l’ouverture de la saison 2019, il en compte déjà 25.000. Des visiteurs essentiellement français, à 55%, mais aussi des Allemands (25%), des Suisses (10%), des Belges ainsi que des Néerlandais. Plus inattendu, le lieu commence également à attirer les touristes Sud-Coréens, Chinois et Japonais.

"Ce qui explique le succès, c’est qu’on a ici une approche contemporaine et franco-allemande du sujet. L’ensemble du site est bilingue, mais il y a aussi des sous-titres anglais, ce qui est très important pour accueillir tout le monde" précise Jean Klinkert.

De par son implantation, perché au sommet de "la Montagne de la mort" dans les Vosges, le Hartmannswillerkopf draine un public potentiel de 8 millions d’habitants dans un périmètre de deux heures de voiture (France, Allemagne, Suisse). Mais le tourisme de mémoire a-t-il vraiment de l’avenir ?
 


Pour Jean Klinkert, cela ne fait aucun doute. "Après le centenaire de la Grande Guerre l’an passé, on constate que l’attrait pour le lieu et l’engouement se poursuivent. On n’en doutait pas, mais c’est vrai que c’était un sujet d’interrogation. L’adhésion du public renforce notre engagement, notre volonté de poursuivre, d’innover".

Avec un tiers de scolaires accueillis chaque année, considérés comme "l’avenir du site", l’historial n'entend pas se reposer sur ses acquis. Moyennant 20.000 euros d’investissement, une tranchée pédagogique sera installée au printemps 2020 pour permettre aux enfants d’effectuer un travail d’archéologie appliqué et d’être au contact des objets du quotidien des soldats. Dès cet automne, le site devrait aussi s’équiper de tablettes et d’une application dédiée grâce à laquelle il sera possible de découvrir l’histoire et le champ de bataille.

Une modernisation essentielle des outils pour continuer d’attirer toujours plus de visiteurs et d’entretenir le devoir de mémoire.






 

A lire aussi

Sur le même sujet

Écuroduc Vandoeuvre-lès-Nancy

Les + Lus